Habillage fond de site

Les autos chinoises se font une vraie place au soleil

lundi 5 août 2019

“À l’instar des marques coréennes en leur temps, les marques chinoises vont redistribuer les cartes”, prévoit le président du syndicat des concessionnaires. Photo : Damien Grivois

“À l’instar des marques coréennes en leur temps, les marques chinoises vont redistribuer les cartes”, prévoit le président du syndicat des concessionnaires. Photo : Damien Grivois


La part de marché des voitures chinoises ne cesse de progresser depuis quelques années. Au total, 580 véhicules ont été vendus au fenua en 2018, soit 8 % de la totalité. Selon le syndicat des concessionnaires, cette tendance devrait s’accentuer en 2019.

Great Wall Motors (GWM), BYD, Landwind, DFM ou encore MG, pas moins d’une dizaine de marques chinoises ont été ou sont désormais présentes sur le marché polynésien de l’automobile, avec des ventes en progression chaque année.

À l’exception du groupe Faugerat (Toyota, Suzuki, VW, Audi…) et de Miklus à Faa’a, concessionnaire du coréen SsangYong, tous les groupes automobiles ont enrichi leur offre avec des modèles en provenance de l’empire du Milieu. Jusqu’à déployer pas moins de cinq marques, à l’instar du groupe Siu (qui représente par ailleurs Ford, Mercedes, Land Rover, Honda…).

Tout n’avait pourtant pas commencé sous les meilleurs auspices… “Il y a une dizaine d’années, les premières importations de véhicules chinois se sont soldées par un échec, certaines marques ont disparu”, reconnaît Gilles Bonvarlet, président du syndicat des concessionnaires automobiles, évoquant des modèles de mauvaise qualité, mal préparés, simplement assemblés et non fabriqués, le tout assorti de défaillances relatives au service après-vente et aux pièces détachées. De quoi plomber durablement la réputation des autos chinoises.

De 2008 à 2016, les ventes ont plafonné entre 1 % et 4 % du marché des véhicules particuliers. Mais depuis 2017, les marques chinoises ont su convaincre avec des produits toujours mieux conçus et équipés, au point d’établir un record l’an passé avec 580 véhicules immatriculés, soit 8 % du marché. “En fait, il faut faire le distinguo, tous les véhicules chinois ne sont pas de même facture”, admet le représentant des distributeurs automobiles.

 

Confirmation attendue en 2019

 

Les meilleures marques chinoises se montrent aujourd’hui extrêmement soucieuses de la satisfaction du client, selon le syndicat des concessionnaires. Les constructeurs visent d’abord leur immense marché intérieur, de plus en plus exigeant. Ils proposent ainsi des véhicules suréquipés, Bluetooth, écrans tactiles, sellerie cuir… à des tarifs concurrentiels.

“Les marques leader au fenua ont vraiment commencé à cartonner fin 2017”, souligne Gilles Bonvarlet, selon qui la tendance devrait se confirmer en 2019, avec en projection une part de marché de plus de 10 %, c’est-à-dire environ 800 véhicules. Des marques chinoises qui viennent forcément rogner sur les parts de marché des marques européennes, américaines ou asiatiques. “Le marché local n’est pas élastique. À l’instar des marques coréennes en leur temps, les marques chinoises vont redistribuer les cartes”, prévoit le président du syndicat des concessionnaires.

L’offre de véhicules chinois se décline sur trois segments de marché principaux. D’abord celui des baroudeurs urbains, les sport utility vehicles (SUV), “le plus dynamique”, puis celui des pick-up double-cabine et enfin celui des pick-up plateau à vocation utilitaire.

L’offensive de l’industrie automobile chinoise est-elle de nature à déstabiliser le rapport de forces entre constructeurs à l’échelle internationale ? “Pas vraiment, car les moteurs thermiques des marques chinoises ont encore des émissions de C02 un peu élevées. Ils s’arrêtent à la norme antipollution Euro 5 alors que depuis septembre 2015, tous les véhicules neufs vendus en Europe doivent répondre à la norme Euro 6”, explique Gilles Bonvarlet qui pense que les constructeurs chinois réussiront surtout à progresser à l’exportation grâce à l’offre en véhicules électriques.

 

Damien Grivois

 

VL CHINOIS

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete