Habillage fond de site

Aux urgences de Moorea, les cas les plus graves sont prioritaires

jeudi 15 décembre 2016

hôpital moorea

Une simulation de prise en charge urgente a été présentée aux invités. (© Jeannot Rey/LDT)


 

 

À raison de 6 000 passages de patients par an, à l’état de santé variable, l’entrée aux urgences méritait une gestion plus stricte. Un tri des malades suivant leur état de santé est donc désormais appliqué à l’hôpital de Afareaitu. D’où l’aménagement d’une unité d’accueil et de tri qui a été présentée hier matin, et qui permettra une prise en charge suivant la gravité de l’état du patient.

 

 

“C’est une nouvelle manière d’accueillir les patients”, explique le docteur Philippe Biarez, médecin chef de la circonscription médicale de Moorea-Maiao.

Le problème qui se posait en effet, tenait du fait du nombre sans cesse croissant de patients graves qui se présentaient à l’accueil des urgences. “Aujourd’hui, on ne peut plus se permettre d’accueillir les gens les uns après les autres, suivant le rang d’arrivée. Nous sommes obligés de prioriser les cas les plus graves.”

Un accueil effectivement différent qui nécessite désormais une évaluation du malade. “Elle est faite par un infirmier, il dispose désormais d’une petite salle qui permet une prise en charge de tout le monde dans un premier temps.

Vient ensuite le tri : le malade est dirigé soit vers le box des urgences, soit vers une mise en attente. C’est cette première prise en charge qui le déterminera, toujours au profit de ceux qui sont plus gravement atteints.”

L’ouverture de cette petite salle de prise en charge a été l’occasion d’une présentation sous forme d’inauguration. Plusieurs personnalités de la Commune et du Pays étaient présentes pour assister à une ouverture en prière, avant un ute de bienvenue et une présentation des lieux avec simulations de prise charge, grave et moins grave.

 

D’autres travaux prévus en 2017

 

L’ouverture de cette salle de tri des patients, annonce d’autres travaux qui devraient être réalisés en 2017.

À commencer par le réaménagement de l’hélistation. Une autre conséquence des états de gravité en hausse, qui se traduit par davantage d’évasans (évacuations sanitaires).

Entre 2014 et 2015, l’augmentation de ces prises en charge par le Centre hospitalier territorial du Taaone est de 15 %. “Nous prévoyons des investissements pour améliorer l’accueil de l’hélicoptère, par une mise aux normes plus complète, par exemple, au niveau des poses de balises lumineuses”, explique Philippe Biarez.

D’autres travaux sont prévus au niveau des bâtiments au cours du second semestre 2017. On parle ici d’une extension du nombre de chambres et d’une remise à neuf de toute la partie logistique de l’établissement.

Quant à la situation actuelle du centre de naissance, elle reste pour l’instant la même, à savoir, un centre toujours fermé de manière provisoire, mais en attente d’une décision du politique.

 

De notre correspondant Jeannot Rey

 

capture-decran-2016-12-15-a-08-26-06

 

 

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete