Habillage fond de site

Il avait tenté de brûler la maison familiale et menacé son père

mardi 30 avril 2019

Le prévenu aurait voulu se venger et aurait préféré voir la maison brûler plutôt que de la voir habitée par une famille qui le rejette. Photo : C.J. / LDT

Le prévenu aurait voulu se venger et aurait préféré voir la maison brûler plutôt que de la voir habitée par une famille qui le rejette. (Photo : C.J. / LDT)

Arrêté vendredi dernier pour avoir tenté de mettre le feu à la maison familiale, à Tipaerui, et avoir menacé son propre père avec un briquet après l’avoir aspergé d’essence, Albert Tematanui Parau devait être jugé hier, en comparution immédiate.

Déjà condamné à plusieurs reprises et sorti de prison en février, il risque dix ans d’emprisonnement. Néanmoins, ayant exprimé à demi-mots le souhait de bénéficier d’un délai pour que soit assurée sa défense, le tribunal a reporté le jugement sur le fond au 4 juillet. Il a été placé à nouveau en détention provisoire et ramené derrière les barreaux jusqu’à cette date.

Accusé de “dégradation ou détérioration d’un bien appartenant à autrui, de tentative de destruction du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes, et de violence aggravée par deux circonstances suivie d’incapacité n’excédant pas huit jours”, ce jeune homme, né en 1996, avait du mal à se sentir intégré dans sa famille.

Et c’est d’ailleurs parce qu’il ne pouvait pas y retourner après sa sortie de prison, il y a à peine plus de deux mois, suite à l’interdiction de son père, qu’il s’est risqué à des gestes qui vont lui valoir d’y retourner.

 

27 condamnations à son actif

 

Ce qui ne semble pas le contrarier, au contraire. Interrogé par le juge, ne répondant que par “oui” ou “non” et très mutique, il aurait voulu se venger et aurait préféré voir la maison brûler plutôt que de la voir habitée par une famille qui le rejette.

Vendredi dernier, en milieu de journée, suite à une dispute, il avait vidé un jerrican d’essence sur le domicile de ses parents et sur son père, qui tentait de s’interposer, le menaçant même en brandissant un briquet.

Dans la bagarre, ce dernier a écopé de plusieurs jours d’interruption de travail mais il a réussi à le maîtriser et à le faire interpeller par la DSP.

“Le briquet ne fonctionnait pas”, aurait-il expliqué pendant l’instruction, laissant néanmoins entendre, pour justification, qu’il avait le sentiment de ne pas être aimé par son père et qu’il avait été élevé à la dure.

S’il conteste avoir voulu immoler ce dernier par le feu, il n’en a pas moins eu des gestes violents qui l’ont amené à casser des cloisons de la maison.

Albert Tematanui Parau n’est sans doute pas un enfant de chœur puisqu’il a déjà 27 condamnations à son actif, dont certaines en tant que mineur.

Et il a été condamné plusieurs fois pour divers délits, dont vol en réunion, vol à main armée, menace contre l’autorité judiciaire. Sa dernière condamnation remonte à mai 2017.

 

CJ

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete