Habillage fond de site

Bac 2018 – 3 000 élèves mis en examen

mardi 19 juin 2018

bac philo élève

Silence, on bosse. (© Christophe Cozette)

 

2 079 lycéens de première ont ouvert le bal du bac hier, avec l’épreuve anticipée de français. “Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours” était un thème phare de plusieurs séries. C’est au tour des terminales, aujourd’hui, avec l’épreuve parfois tant redoutée, de philosophie.

Alors que le fenua,  comme le reste du monde bat au rythme de la Coupe du monde de football, de nombreux lycéens ont vécu, hier, une journée de composition. En effet, les élèves de première ont planché sur les épreuves de français.

Aujourd’hui, c’est au tour des élèves de terminale de démarrer leurs séries d’épreuves du baccalauréat par la philosophie, série qui va durer toute la semaine. Ce sont donc les premières des séries générales et technologiques qui ont ouvert le bal des examens avec les épreuves anticipées de français, hier matin. Les séries ES et L ont ensuite travaillé, dans l’après-midi, en sciences, tandis que les séries S avaient l’épreuve d’histoire-géographie.

Le rendez-vous était donné à 7 heures, notamment au lycée Gauguin, lieu d’examen. Tout n’avait pas démarré pour le mieux pour Liam, qui avait oublié sa convocation, sésame obligatoire pour atteindre la salle d’examen.

“Non pas stressé. Ça va, je ne stresse pas, même si j’ai oublié ma convocation. Mon père me l’apporte”, nous a-t-il dit, visiblement serein. “Cela s’est bien passé, cette année. On verra les textes mais je serais plus pour le commentaire, pour assurer. On va essayer de ne pas se planter. Le français, c’est quand même important”, avoue le lycéen, en première scientifique.

 

 

2 079 lycéens sur l’épreuve de français

 

Selon les chiffres qui nous ont été communiqués, ce sont 248 élèves en série L, 968 en séries ES et S et 863 élèves en séries technologies , soit un total de 2 079 étudiants, qui ont disserté sur l’épreuve anticipée de français.

En série L (coefficient 3), les lycéens avaient pour objet d’études, “le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours”, avec quatre textes de Stendahl, Barbusse, Gaudé et Lemaitre pour étayer leurs écrits.

Pour les séries scientifiques ES et S (coefficient 2), même combat, à savoir “le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours”, mais avec quatre auteurs, dont Jules Verne et ses “20 000 lieux sous les mers” et l’incontournable “Madame Bovary” de Gustave Flaubert.

Enfin, les séries technologies (coefficient 2) avaient pour objet d’étude, “le texte théâtral et sa représentation, du XVIIe siècle à nos jours”. Ils avaient quatre heures, aidés seulement de Molière, de Beaumarchais et de Feydeau.

En tout cas, les lycéens que nous avons rencontrés, au complexe du Taaone cette fois, avaient l’air plutôt globalement satisfaits (lire réactions). Pour eux, les oraux se tiendront du 18 au 26 juin, tandis que les bacheliers vont bosser dur, toute cette semaine, puis du 25 juin au 2 juillet, pour les épreuves orales, en attendant le sésame — ou pas —, le 5 juillet, jour des résultats.

 

Christophe Cozette

 

bac philo

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete