Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Bagarre entre un chirurgien et un anesthésiste, le Parquet va faire appel

lundi 4 septembre 2017

(archives LDT)

(archives LDT)

Le 29 août dernier, le tribunal correctionnel rendait une décision de justice dans une affaire de bagarre opposant un chirurgien et un anesthésiste chacun à la fois prévenu et victime. Les faits remontent à juin de cette année.

Le chirurgien a été condamné à 6 mois de prison avec sursis, 500 000 F d’amende, a été reconnu coupable de menace sur un journaliste. Il a toutefois été relaxé pour l’usage de stupéfiants et n’a pas été mis sous le coup d’une interdiction d’exercer. L’anesthésiste lui, a été condamné à 500 000 F d’amende.

Dans cette affaire, l’anesthésiste a fait appel de la décision. Le Parquet devrait également faire appel.

Pour rappel, l’anesthésiste comparaissait pour violences volontaires ayant entraîné 15 jours d’incapacité temporaire de travail (ITT) sur le chirurgien, qui a notamment eu le nez cassé par un coup de boule.

Le chirurgien, lui, comparaissait pour des violences sur l’anesthésiste ayant entraîné une ITT de 3 jours, mais également pour détention de produit stupéfiant, en l’espèce de la morphine, la mise en danger de la vie d’autrui pour avoir opéré sous l’emprise de stupéfiants, mais aussi menace de mort sur un journaliste ayant couvert les débuts de l’affaire et enfin refus de se soumettre aux opérations de relevés d’empreintes.

L’affaire remonte au 19 octobre dernier à l’issue d’une opération de lifting dont la patiente sera réveillée par les cris des deux protagonistes. Les deux hommes livrent des versions différentes sur le premier à avoir entamé la rixe.

L’anesthésiste explique avoir agi en légitime défense. De son côté, le chirurgien, à qui il est reproché d’avoir mis deux gifles et étranglé son confrère, pointe du doigt l’attitude de ce dernier qui n’aurait pas, selon lui, appliqué les protocoles et lui aurait refusé l’accès à l’armoire contenant la morphine destinée à la patiente.

Les deux avocats se sont ainsi livrés une bataille des témoignages discordants sur le déroulé des faits.

Pour le procureur, le chirurgien au “comportement indigne, malhonnête et manipulateur” est coupable en tout point.

86
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete