Habillage fond de site

Bali – Un plan pour dérouter des avions en cas d’éruption

jeudi 28 septembre 2017

bali

Le mont Agung vu depuis le village Purahayu, à Karangasem, hier. (Photo : AFP/Citizenside/Gede Surya/Citizenside)

Une dizaine d’aéroports pour accueillir des touristes, une centaine d’autocars pour évacuer des voyageurs : les autorités indonésiennes sont prêtes à réagir à Bali, l’île la plus touristique d’Indonésie, où un volcan pourrait entrer en éruption à tout moment.

Le mont Agung, d’un peu plus de 3 000 mètres d’altitude, à environ 75 kilomètres des principales destinations touristiques de Kuta et Seminyak, gronde depuis le mois d’août et pourrait entrer en éruption pour la première fois depuis plus d’un demi-siècle.

Plus de 96 000 habitants du district de Karangasem, le plus proche du volcan, et au-delà, ont été évacués ces derniers jours dans des refuges temporaires, alors que l’activité sismique est forte. En surface, un faible dégagement de fumée blanche au-dessus du volcan est visible.

Le nombre de personnes évacuées « devrait continuer d’augmenter », a déclaré un porte-parole de l’agence nationale de gestion des catastrophes naturelles, Sutopo Purwo Nugroho.

L’aéroport international de Denpasar, la capitale de Bali, qui accueille chaque année des millions de touristes à la recherche de plages paradisiaques à l’ombre des palmiers, n’est pas affecté pour le moment. Mais plusieurs pays de la région Asie-Pacifique, parmi lesquels Singapour et l’Australie, ont émis des recommandations de prudence aux voyageurs.

Anticipant une éruption, les autorités indonésiennes prévoient de dérouter les avions à destination de Bali vers dix autres aéroports, notamment sur l’île de Lombok, toute proche, mais aussi vers la capitale Jakarta, sur l’île de Java.

« Les avions seront déroutés vers l’endroit le plus proche », a déclaré hier le ministre indonésien des Transports, Budi Karya Sumadi.

Le niveau d’alerte maximale à Bali avait été décrété le 22 septembre par les autorités indonésiennes, qui recommandent de rester à plus de neuf kilomètres du cratère du volcan, loin des zones touristiques.

La dernière éruption du mont Agung remonte à 1963. Le volcan avait craché des cendres jusqu’à Jakarta, à environ 1 000 km. Plusieurs éruptions avaient alors fait près de 1 600 morts au total.

En novembre 2015, l’aéroport de Bali avait été fermé temporairement en raison de l’éruption d’un volcan à Lombok, le mont Rinjani, qui avait craché des nuages de cendres.

Outre les aéroports, plus de 100 autocars sont prêts pour évacuer des touristes qui seraient bloqués à Bali vers l’île de Lombok, selon le ministère des Transports.

Des compagnies aériennes surveillent de près la situation et certaines anticipent une éruption. Singapore Airlines a ainsi proposé aux passagers ayant acheté un billet d’avion pour se rendre à Bali entre le 23 septembre et le 2 octobre de modifier la date de leur vol ou de solliciter un remboursement.

Christoph Langue, un touriste allemand qui passe des vacances à une quinzaine de kilomètres du volcan, hors de la zone dangereuse, a indiqué qu’il se sentait « assez en sécurité » malgré les fréquentes secousses.

« Nous avons eu quelque chose comme 20, 30, 40 secousses et on sentait la terre trembler. Nous en avons eu quelques-unes pendant que nous faisions de la plongée. Sous l’eau, on les entend, en fait c’est assez bruyant », a raconté le touriste.

Les secousses telluriques augmentent, a indiqué l’Observatoire indonésien de volcanologie et de gestion des risques géologiques, 480 secousses ayant été enregistrées hier de minuit à midi.

« Pour le moment l’activité, du mont Agung reste élevée, l’alerte est au niveau quatre, le plus élevé », a déclaré le directeur de l’observatoire, le volcanologue Kasbani, qui n’a qu’un patronyme comme nombre d’Indonésiens.

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete