Habillage fond de site

Des balisages en mer qui se font attendre, source de tension chez les pêcheurs

mardi 29 août 2017

pêcheur

Depuis le début de l’année, une quinzaine de panneaux ont vu le jour, sur le littoral, dans chacune des zones concernées, ainsi qu’à trois endroits “clés” de la commune : au niveau du rond-point de la mairie de Punaauia, à la marina Taina et au Musée de Tahiti et des îles. (© Élénore Pelletier)


Après trois ans de concertation avec les pêcheurs de Punaauia, la commune est finalement parvenue à mettre en place trois zones de pêche réglementée (ZPR) sur son territoire, qui sont devenues effectives en février 2016. Si la mairie a posé une quinzaine de panneaux sur le littoral depuis le début de l’année ; en mer, aucun balisage n’a encore été mis en place. Devant cette nouvelle réglementation qui tarde à se mettre en place, des tensions naissent chez les pêcheurs entre ceux qui respectent les ZPR et ceux qui s’en fichent.

Après trois ans de concertation avec les pêcheurs, la commune de Punaauia est finalement parvenue à mettre en place trois zones de pêche réglementée (ZPR) sur son territoire. Celles- ci sont devenues effectives en février 2016 après un arrêté en conseil des ministres et sa publication au Journal officiel. Depuis le début de l’année, la mairie s’active pour poser les panneaux d’information et de sensibilisation relatifs à ces trois ZPR.

Une quinzaine de panneaux ont ainsi vu le jour, sur le littoral dans chacune des zones concernées, ainsi qu’à trois endroits “clés” de la commune : au niveau du rond-point de la mairie de Punaauia, à la marina Taina et au Musée de Tahiti et des îles. Difficile de ne pas les voir.

On y trouve le plan de chaque ZPR avec les coordonnées GPS qui la délimitent, de même que les pratiques de pêche autorisées à l’intérieur de celle-ci.
Si à terre, les informations sont là, en mer, toujours pas de balisage. De ce côté-là, c’est au Pays, via la direction des ressources marines (DRM) d’intervenir.

 

Une réglementation qui ne plaît pas à tout le monde

 

“Les ancrages sont en place et il ne reste aujourd’hui plus qu’à poser les balises, mais les personnes en charge de cela à la DRM sont en mission depuis plusieurs mois. Dès qu’ils reviennent, les bouées pourront être installées”, assure t-on à la DRM. Qui ajoute : “Il y a eu des concours de circonstances. Les conditions météorologiques ne nous ont pas forcément permis d’intervenir, les prestataires n’étaient pas toujours disponibles, mais les bouées devraient très certainement être installées d’ici la fin du mois à venir.”

Du côté de certains pêcheurs, on s’impatiente de voir les “fameuses”  bouées jaunes dédiées aux ZPR flotter à la surface du lagon.

“Beaucoup ne respectent pas les ZPR en place, à Punaauia. Ils sont encore nombreux à pêcher les ina’a avec des filets, alors que seule la pêche à l’épuisette est autorisée. Mais ils s’en fichent. Pour les ature, il y a des heures de pêches autorisées, de 5 heures du matin à midi, mais certains continuent à pêcher l’après-midi, jusqu’à 16 heures parfois.

Si on intervient, on nous envoie balader en nous disant que la mer n’est pas à nous. Pour eux, les ZPR ne sont pas officielles tant que le balisage en mer n’existe pas. Il faut poser les balises en mer, ça urge maintenant. C’est en train de créer des tensions entre ceux qui respectent la loi, dans un souci de repeupler le lagon pour nos enfants et ceux qui s’en fichent par souci de survie. Ça chauffe et on va finir par en venir aux mains”, se lamente un des pêcheurs de la place.

Les ZPR, même si elles ont été établies avec les pêcheurs de la commune (près d’une soixantaine a participé aux différentes réunions qui ont permis l’élaboration des ZPR), ne font pas plaisir à tout le monde.

Sur la quinzaine de panneaux posée par la mairie, deux ont déjà été dérobées.

Il y a moins d’un mois, une altercation a eu lieu entre pêcheurs et muto’i, sur le site de Nuuroa, désormais soumis à de nombreuses contraintes.

Alors qu’ils étaient en patrouille, des policiers municipaux en service ont repéré des pêcheurs en pirogue double à moteur qui avaient une conduite dangereuse mais surtout qui pêchaient des ina’a l’aide de filets de pêche, alors que cela est aujourd’hui interdit.

“Les ina’a sont de tout petits poissons. Pour les pêcher, cela nécessite d’utiliser des filets ayant un maillage de petite taille. Ce qui veut dire que lorsque tu pêches avec ce type de filet, tu attrapes tout sur ton passage. Avec la mise en place de ZPR, on n’est pas là pour interdire la pêche, on est la pour interdire les mauvaises pratiques, les pratiques abusives”, explique t-on à la mairie.

Interpellés par les muto’i depuis la rive, les pêcheurs, se croyant dans leur bon droit ont refusé d’obtempérer, et ont même insulté les policiers avant de prendre la fuite.

Aujourd’hui, si les ZPR sont en place, il faut encore que le ministre convoque le comité de gestion qui, s’il a été créé, ne s’est encore jamais réuni.

“Une fois que le balisage sera mis en place, le ministre réunira le comité pour travailler sur la gestion de chaque zone. La police municipale va ensuite être formée sur les différentes règles à respecter : pourra faire des constats et éventuellement des saisies.” Bref, d’ici la fin de l’année, peut-être que tout sera enfin cadré.

É.P.

 

zone de pêche

 

 

64
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete