La Banque de Tahiti veut “retrouver une indépendance”

    mardi 5 juillet 2016

    FEN_CC1_TPEbyBTAlors que certains tentent de prendre une indépendance économique, la Banque de Tahiti “reprend son indépendance stratégique”. En effet, la banque au tiare a décidé – depuis trois ans déjà – de changer la plateforme monétique qu’elle utilisait jusqu’ici, à savoir la solution technique de l’OSB (Océanienne de services bancaires), une solution “au service rendu mais à un prix élevé”. Elle va maintenant proposer des solutions de paiement innovantes, avec trois modèles de terminaux disponibles depuis hier, aux fonctionnalités nouvelles (et à venir), censés attirer de nouveaux utilisateurs.
    Il existe environ 3 000 TPE (terminaux de paiement électronique) sur le territoire, selon la banque. Un tiers environ sont des clients de la Banque de Tahiti. “Ce sont des métiers en perpétuelle évolution, tant sur la sécurisation que sur l’innovation”, a assuré Patrice Tépélian, directeur général de la Banque de Tahiti, lors d’une conférence de presse, hier matin, au siège de l’établissement bancaire. Et pour cela, la banque du fenua s’est associée les services de Natixis Payment Solutions, “qui est une filiale du groupe BPCE”.

     

    Après avoir pris il y a trois ans la décision de retrouver son autonomie-indépendance, la Banque de Tahiti a tout d’abord passé ses transactions sur cette plateforme il y a un an, avant de proposer aujourd’hui ces nouveaux moyens de paiement. Parmi les nouvelles fonctions proposées, le paiement en trois fois sans frais (le TPE gère automatiquement le débit chaque mois) et le paiement sans contact, pour des petites sommes n’excédant pas 2 400 F. Plus de contact donc entre la carte bancaire et le terminal, tout passe par WiFi.
    “Le sans contact explose littéralement sur le marché mondial”, assure Patrice Tépélian. Les premières cartes, locales ou internationales, équipées de cette technologie devraient être disponibles dès septembre, avant d’être toutes équipées de cette fonction “sans contact”, dans un délai de trois ans, assure la direction de la BT. Les clients disposant aujourd’hui d’un compte BT seront prioritaires mais, bien évidemment, ces TPE proposés par la Banque de Tahiti sont disponibles pour les usagers des autres banques de la place. Il leur suffira d’ouvrir un compte dédié au TPE de la BT, tout en ayant un délai de deux mois pour “quitter” leur terminal OSB. Ce que ne devraient pas tarder à faire un bon nombre d’utilisateurs grâce au tarif (- 50 %) proposé jusqu’au 1er décembre par la banque au tiare.

    Christophe Cozette

     

     

    « Ce qui nous importait dans cette solution, c’était de retrouver une indépendance stratégique »

    Patrice Tépélian, directeur général de la Banque de Tahiti

     

    Pourquoi présenter cette nouvelle technologie ? Est-ce une façon de quitter un système
    obsolète ?

    Obsolète, c’est beaucoup dire. Ce qui nous importait dans cette solution, c’était de retrouver une indépendance stratégique dans le domaine de la monétique, du paiement par carte. C’est un domaine en pleine évolution et il était important pour la Banque de Tahiti de pouvoir s’affranchir d’un monopole et de retrouver sa liberté. Ainsi, nous nous sommes associés à un des leaders du paiement en France qui est Natixis Payment Solutions, qui est une filiale du groupe BPCE.

    Avec trois nouveaux terminaux de paiement électronique, vous allez aussi proposer le paiement sans contact…

    Cette nouvelle plateforme nous permet d’embarquer de nouvelles évolutions. Ces TPE seront WiFi, GPRS (General Packet Radio Service, NDLR) ou filaire, mais nous allons embarquer de nouvelles fonctionnalités comme le paiement sans contact, le paiement en trois fois sans frais et la prise de garantie pour les hôteliers ou les loueurs de véhicules, par exemple.

    Le système bancaire évolue. Fallait-il prendre ce virage ?

    Le paiement évolue et tout cela va continuer d’évoluer. On a entendu récemment les innovations du paiement par smartphone. Le groupe BPCE s’est associé à Apple pour permettre à ses clients de bénéficier de l’offre Apple Pay. Cette évolution, la Banque de Tahiti pourra l’amener en Polynésie grâce à son adossement Natixis.

    La carte bancaire est N°1 des moyens de paiement, le chèque est en recul. Demain, cela sera-t-il notre smartphone ?

    Le chemin qu’a fait la carte bancaire pour devenir le premier moyen de paiement a duré plusieurs années. J’imagine que cela sera plus rapide avec le smartphone mais cela prendra un peu de temps avant que le smartphone détrône la carte bancaire, d’autant plus que tous les opérateurs vont se livrer une féroce bataille pour conserver leurs prérogatives et leurs parts de marché. Mais c’est une porte ouverte sur l’innovation.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete