Basket-ball – La balle orange en deuil

    jeudi 11 février 2016

    Le basket-ball polynésien en général, et l’AS Fei-Pi en particulier, a perdu, depuis peu, l’un de ses piliers. C’est avec une grande tristesse que la famille de la balle orange a appris le décès de l’un de ses plus fervents défenseurs en la personne de Michel Lextreyt, secrétaire général de la fédération tahitienne et président de la section basket-ball de l’AS Fei-Pi.

    Côté face, Michel Lextreyt est né en 1949 et vit en Polynésie française depuis 1983. Agrégé de géographie, il est inspecteur d’académie honoraire. Il est un grand connaisseur de l’Océanie qu’il a sillonnée et étudiée pendant 30 ans. Il s’est très tôt passionné pour la Nouvelle-Zélande, pays où il séjourne régulièrement et est l’auteur de “Nouvelle-Zélande, Aotearoa, le pays au long nuage blanc”.
    Il est aussi l’auteur de nombreuses publications sur le Pacifique et il assure régulièrement des cours sur l’Océanie à l’université de Polynésie française. Il est aussi à l’origine de la réforme des programmes en histoire et géographie plus adaptés aux élèves polynésiens.
    Côté pile, Michel Lextrey, c’est la cheville ouvrière du basket-ball local, c’est l’âme de son club de toujours l’AS Fei-Pi. Il est la pierre angulaire des relations étroites avec la Fédération française de basket-ball mais aussi avec la fédération internationale (FIBA).
    Dès son arrivée en Polynésie française, Michel Lextreyt est passionné par le basket-ball. Après plusieurs titres de champion de Tahiti dans les années 70-80 avec les anciens que
    sont Jourdain, Lainé, Sommers… l’AS Fei-Pi s’essouffle et végète durant plusieurs années. L’équipe masculine disparut même un temps, seule l’équipe féminine continuait à tenir le haut du pavé du championnat fédéral. Il décide alors de prendre, avec toujours à ses côtés sa femme Denise, les rênes de son équipe de toujours et devient président de la section basket-ball de l’AS Fei-Pi en 2003. Avec seulement quinze licenciés cette année-là, Fei-Pi peut s’enorgueillir d’atteindre les 140 licenciés aujourd’hui quand, dans le même temps, les autres clubs enregistrent une baisse d’effectif.
    Sous sa présidence, les infrastructures de Fei-Pi se modernisent avec, comme point d’orgue, le terrain en Taraflex, unique en Polynésie française, inauguré durant la saison sportive 2010-2011.

    Se rendre utile à la fédération

    Fei-Pi peut aussi se targuer d’avoir, dans ses rangs, les deux seuls brevets d’État spécialité basket avec bien entendu Michel Lextreyt mais aussi Brigitte
    Langomazino. C’est tout naturellement qu’en 2011, Michel décida de se rendre utile au sein de la fédération tahitienne en intégrant la liste menée par Faana Taputu, qui remporta haut la main les élections cette année-là. Il devint alors le vice-président et secrétaire général en charge de l’administratif. C’est grâce à lui que le site de la FTBB a vu le jour.
    En août 2015, l’équipe menée par Faanu Taputu fut de nouveau élue à la tête de la fédération pour un second mandat, preuve du bon travail effectué jusque-là. Cette passion du basket, Michel a su la transmettre à ses enfants. À sa fille tout d’abord, Maea, pièce maîtresse de l’inamovible champion de Tahiti, Aorai, et, ensuite, à son fils Teva, présélectionné pour les Jeux du Pacifique en 2015.
    Homme de consensus mais qui savait aussi taper du poing sur la table, Michel Lextreyt commençait tout juste à récolter les fruits de son immense travail pour le basket local. Depuis quelques matches déjà, on ne le voyait plus sur les bancs de son équipe de toujours et c’est ce week-end qu’il décida de rejoindre les anges. Nul doute qu’il aura toujours un œil sur les hauteurs de Tamahana.
    Mauruuru roa Michel !

    Tahimoanatea

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete