BEACH SOCCER – Et maintenant l’Iran pour Tahiti

    jeudi 16 juillet 2015

    Après un parcours sans faute lors de la phase de poules avec trois victoires, Tahiti a fini première du groupe D qui lui offre le droit de jouer son quart de finale ce matin (07 h 30 sur TNTV) contre le deuxième du groupe C, l’Iran. Bien que demi-finalistes lors de leur Coupe du monde à Tahiti en 2013, les Tiki Toa ne faisaient pas figures, jusqu’à mardi matin, de candidats crédibles pour remporter le titre mondial. Les experts et les entraîneurs des nations participantes avaient dressé une liste dans laquelle apparaissaient tout en haut la Russie, double championne du monde, le Portugal, en tant que pays organisateur, la Suisse et l’éternel Brésil. En un match, la donne a été quelque peu bousculée puisque Tahiti a réussi à faire tomber l’ogre russe (7-6) au terme d’une rencontre d’une très grande qualité. De fait, Russes et Brésiliens se sont rencontrés cette nuit (03 h 00) et l’un des deux géants est d’ores et déjà hors course, tout comme le Portugal ou la Suisse dans la rencontre suivante.

    Tahiti est devenue une véritable équipe
    Tous les voyants sont donc au vert pour les Tiki Toa qui, après une entrée un peu timide dans la compétition, sont montés en puissance et se présentent en position de force au moment de jouer l’Iran dont l’objectif est d’arriver en demi-finale comme l’a déclaré le joueur Mohammad Ahmadzadeh. Avec une défaite à son compteur (3-4), contre le Brésil qu’il a pourtant mené 3-1, l’Iran n’a dû sa qualification qu’à la défaite de l’Espagne (2-1) contre ces mêmes Brésiliens lors du dernier match du groupe et surtout à ses victoires précédentes contre les Espagnols (6-5) et les Mexicains (3-2). Ce n’est donc pas une équipe à prendre à la légère, elle qui avait déjà atteint ce stade de la compétition pour la première fois en 2013, se faisant sortir 6-5 par les Russes. Si l’adversaire est coriace, Tahiti a confirmé son statut d’épouvantail. En 2013, les Tiki Toa avaient bâti leurs succès sur quelques individualités comme Jonathan Torohia, Heimanu Taiarui ou encore Raimana Li Fung Kuee ; ces individualités répondent encore présent mais ne sont désormais plus seules. Il s’agit véritablement d’une équipe de douze joueurs d’un niveau moins disparate, capables de rivaliser à tout moment contre les meilleures nations mondiales. Reste à souhaiter que ce succès historique ne soit pas une fête sans lendemain. Les Tiki Toa sont attendus autournant, à eux d’avoir les pieds sur terre pour éviter toute déconvenue. L’entame du match sera déterminante, la force des Iraniens, statistiques à l’appui, réside jusqu’à présent dans sa faculté à marquer dans le premier tiers-temps (6 de ses 12 réalisations) et souvent très rapidement. Si contre Madagascar, les Tiki Toa avaient réussi à inverser la tendance après avoir mené 2-0, il vaudrait mieux qu’ils évitent de répéter un tel scénario ; l’Iran, c’est le niveau au-dessus. D’autant que l’équipe peut s’appuyer sur un très bon gardien, excellent relanceur, ce qui n’est pas anodin puisque, d’après le site de la Fifa, 60 % des buts viennent d’une relance du gardien. Heureusement, Tahiti n’est pas en reste avec “Jo Keeper” qui s’est même payé le luxe d’inscrire un but, le dernier, contre les Russes. Faisons donc confiance à nos représentants pour ce quart de finale et à leurs facultés à répondre présent aux grands rendez-vous. Il sera alors temps de penser à retrouver au tour suivant le vainqueur de Japon-Italie.

    Luc Ollivier

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete