Habillage fond de site

Pour Benoît Kautai, la séparation des Marquises n’est plus d’actualité

mardi 6 décembre 2016

benoît kautai

Benoît Kautai prône l’étroite collaboration avec le Pays et l’État plutôt qu’une séparation totale. (© Marie Edragas/LDT)

 

Alors que Félix Barsinas, maire de Tahuata et président de la communauté de communes des îles Marquises (Codim) affirmait il y a peu que l’archipel souhaite se détacher du reste de la Polynésie française et notamment du gouvernement central de Tahiti, afin d’être l’acteur principal de son développement, Benoît Kautai le maire de Nuku Hiva affirme, lui, le contraire.

“Il est vrai qu’il y a 15, 20 ou 30 ans cette volonté politique d’être séparé du gouvernement central de Tahiti était très forte et légitime”, a expliqué Benoît Kautai. “À l’époque il s’agissait d’une démarche d’autonomie de l’archipel initiée par le maire de Nuku Hiva, Edwin Pahuatini, puis reprise par Lucien Kimitete et son équipe dont je faisais partie. Mais il faut remettre les choses dans leur contexte : c’était une époque où le parti politique au pouvoir dirigé par Gaston Flosse régnait en maître. Les maires qui n’avaient pas la bonne couleur politique ne pouvaient pas obtenir de soutien pour le développement de leur île. Aujourd’hui, les choses ont bien changé.”

L’un des principaux changements réside dans la création, il y a 11 ans, de la Codim qui permet aux six maires de l’archipel de décider ensemble des principaux axes de développement économique des Marquises, en réalisant les études de faisabilité liées à ces projets. Il reste cependant que les décisions finales sont prises par le gouvernement du Pays.

“Ce qui me fait dire que cette séparation n’est plus d’actualité, précise Benoît Kautai, c’est que depuis la prise de fonction du président Édouard Fritch, ce dernier a fait en sorte d’intégrer tous les élus de proximité dans la chaîne des décisions. Il a permis le dialogue et le travail avec les communes.

Je précise par ailleurs qu’il a été l’un des artisans de la faisabilité de la création des communautés de communes en Polynésie. Je pense donc que plutôt que de demander la séparation de notre archipel du reste de la Polynésie, il serait plus judicieux de travailler avec le Pays sur les compétences à transférer à la Codim. Nous devons collaborer avec le Pays et l’État pour un développement économique responsable, et ce sans pour autant mettre de côté les valeurs et la fierté politique et culturelle marquisienne.”

 

De notre correspondante Marie Edragas

 

 

9
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete