Bernard Cazeneuve nouveau Premier ministre

    mercredi 7 décembre 2016

    Bernard Cazeneuve a succédé hier à Manuel Valls à la tête  du gouvernement. (Photo : Chris Nail/Anadolu Agency/AFP)

    Bernard Cazeneuve a succédé hier à Manuel Valls à la tête du gouvernement. (Photo : Chris Nail/Anadolu Agency/AFP)

     

     

    Bernard Cazeneuve, un homme de confiance de François Hollande, a pris les clés de Matignon, hier, à la tête d’un gouvernement légèrement remanié, mais toujours ouvert aux proches de Manuel Valls, lancé dans la campagne de la primaire PS.

    “Je considérais impossible pour moi d’être Premier ministre et en même temps candidat à la présidence de la République. Mais je pars tranquille (…), parce que je sais aussi qu’ici, il y a un homme d’État”, a déclaré Manuel Valls, lors de la passation des pouvoirs avec son successeur, dans la cour de l’hôtel Matignon.

    “J’ai été un Premier ministre heureux. C’est difficile à dire vu les épreuves traversées. Mais il n’y a pas d’enfer à Matignon, il n’y a que le service de la France”, a-t-il poursuivi, avant de lancer à son successeur : “Vous êtes un ami, vous êtes un frère. C’est rare en politique.”

    “Il reste quelques mois” et “chaque jour est utile, chaque jour compte”, a répondu, visiblement ému, le nouveau Premier ministre, dont le court bail à Matignon sera consacré à “protéger, progresser et préparer l’avenir”, les termes exacts utilisés le matin même par François Hollande pour décrire la “mission” de ce nouveau gouvernement.

    La nomination de Bernard Cazeneuve avait été annoncée hier matin par l’Élysée, dix petites minutes après le départ discret de Manuel Valls, venu remettre sa démission et celle de son gouvernement pour se consacrer désormais à la difficile campagne de la primaire. Manuel Valls a déclaré lundi soir sa candidature à l’Élysée, quatre jours après le renoncement de François Hollande à se représenter.

    François Hollande et Bernard Cazeneuve n’ont effectué que trois retouches à l’équipe gouvernementale, dont l’arrivée, pour lui succéder à l’Intérieur, de Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée depuis 2012.
    Jean-Marie Le Guen, soutien affiché de Manuel Valls, perd son portefeuille stratégique des Relations avec le Parlement au profit d’André Vallini, qui lui cède en retour le Développement et la Francophonie, moins prestigieux.

    L’équipe remaniée sera réunie au grand complet aujourd’hui pour son premier Conseil des ministres et une photo de famille suivis, à 15 heures, de la séance de questions au gouvernement à l’Assemblée.

    Dès lundi, un ministre relevait que Bernard Cazeneuve présentait l’avantage d’être “Vallso-compatible et Hollando-fidèle” et qu’il pourrait “pleinement se concentrer sur sa tâche puisqu’il n’est pas candidat aux législatives”, contrairement à Stéphane Le Foll, Marisol Touraine et autres prétendants.

    Avec cinq mois de bail annoncé, le nouveau Premier ministre devrait battre le record du plus bref passage rue de Varenne, détenu par Édith Cresson avec un séjour d’un peu plus de dix mois à Matignon, entre 1991 et 1992. Il s’agit du troisième Premier ministre de François Hollande, après Jean-Marc Ayrault (2012-2014) et Manuel Valls (2014-2016).

    Avocat de formation, d’un tempérament discret mais bon orateur, Bernard Cazeneuve, 53 ans, est récompensé pour son indéfectible fidélité au chef de l’État, avec lequel il a traversé les épreuves des attentats de 2015 et 2016.
    Maire de Cherbourg en 2001, député de la Manche de 2007 à 2012, ex-soutien de Laurent Fabius, porte-parole du candidat Hollande avant 2012, Bernard Cazeneuve a déployé ses talents de négociateur dans différents ministères, aux Affaires européennes, au Budget et à l’Intérieur.

    Lui succédant place Beauvau, où il aura notamment la charge d’organiser les élections de 2017, Bruno Le Roux voit lui aussi sa fidélité récompensée. C’est “un élu extrêmement expérimenté, connaissant très bien les questions de sécurité”, selon l’entourage de François Hollande.

    Dans la bataille de la primaire de la gauche organisée par le PS (22 et 29 janvier), Manuel Valls affrontera notamment deux de ses anciens ministres, Arnaud Montebourg et Benoît Hamon. 

     

    AFP

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete