Béziers : 5 Russes interpellés, des explosifs retrouvés mais aucune preuve d’attentat

mardi 20 janvier 2015

Cinq Russes, dont plusieurs Tchétchènes, ont été interpellés et des explosifs saisis lundi soir dans l’Hérault dans le cadre d’une enquête qui évoque une affaire de grand banditisme plutôt qu’un attentat.
L’opération a été menée très tard lundi soir. Il était 23H00 quand la police a débarqué dans un petit immeuble proche de la gare de Béziers, et concomitamment dans un hôtel à Saint-Jean-de-Védas, commune située à l’ouest de Montpellier.
Les cibles : cinq hommes, âgés de 24 à 38 ans, dont certains ont déjà fait de la prison mais n’étaient pas connus des services antiterroristes. Ils ont été placés en garde à vue alors que les perquisitions ont permis de découvrir dans l’appartement bitterrois des explosifs « très dangereux », selon le procureur de la République à Béziers, Yvon Calvet qui a refusé d’en donner la nature et la quantité. 
Selon une source proche de l’enquête, il s’agit de peroxyde d’acétone (TATP), un produit simple, le même que celui utilisé lors de l’attentat du marathon de Boston. 
« On n’a pas déterminé si un projet d’attentat était en cours », a assuré le patron du SRPJ de Montpellier, Gilles Soulié, au cours d’une conférence de presse, précisant qu’aucune arme n’avait été découverte lors des perquisitions. 
« Il n’y a pas de projet d’attentat connu. Nous n’avons aucun élément sur cette hypothèse », a renchéri M. Calvet.
« C’est une affaire qui n’a pas de connotation religieuse. Il n’y a pas d’aspect religieux dans leur vie. C’est du grand banditisme. Le parquet antiterroriste n’a pas été saisi », a ajouté le magistrat, précisant « ne pas savoir » si ces hommes avaient voyagé ou non récemment.

« Début des investigations »
 
Comme le lui permet la loi, l’un des suspects, habitant Béziers, a alerté son consulat, à Marseille, de son interpellation le 19 janvier à Montpellier. 
« Il est accusé de ‘participer à une association de malfaiteurs afin de préparer un attentat terroriste’. En même temps, le parquet de Béziers a annoncé l’arrestation de quatre autres personnes », a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.
Selon une source proche de l’enquête, l’homme interpellé à Béziers était surveillé depuis quelque temps par la police. Cet ancien étudiant avait été mis en cause dans une explosion dans la cité universitaire Triolet à Montpellier, le 12 novembre 2008, faisant six blessés, dont deux graves.
C’est un homme « de 24 ans » vivant en famille avec « ses frères, ses sœurs ainsi que sa mère », ont raconté ses voisins.
En milieu de matinée, le procureur avait reconnu que « d’autres interpellations pourraient intervenir » dans le cadre de ce dossier. « Nous n’en sommes qu’au début des investigations. On va voir la nécessité de prolonger les gardes à vue », s’est-il contenté de dire en début de soirée.
De source proche du dossier, la JIRS de Marseille va se saisir de cette affaire. 

AFP

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete