Habillage fond de site

Bien gérer les lagons pour une production durable

vendredi 10 novembre 2017

Forum perle

Pendant deux jours, tous les professionnels réunis au Forum de la perliculture évoquent l’ensemble des problématiques du secteur et prennent connaissance des dernières recherches scientifiques. (©Photo : archives LDT)

Plus d’une centaine de personnes étaient présentes, hier matin, à la présidence, lors de l’ouverture du Forum de la perliculture organisé par la direction des ressources marines et minières (DRMM).

Pendant deux jours, tous les acteurs du secteur perlicole qui y participent évoquent l’ensemble des problématiques, de l’évolution de la réglementation liée à la production et à la commercialisation à la santé des cheptels aquatiques en élevage, en passant par la classification des perles, la promotion ou encore la stratégie de gestion des déchets perlicoles.

Au programme, des interventions de spécialistes de la direction des ressources marines, de l’Université de la Polynésie, de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), de la Tahitian Pearl Association of French Polynesia (TPAFP), de l’Agence française pour la biodiversité, du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, etc.

Dans une démarche générale de développement durable, la santé des huîtres et la qualité des perles qui en dépend sont au centre des préoccupations.

Le forum évoque la génétique, les changements climatiques, l’amélioration des pratiques de greffe, l’impact sur la production de la qualité des nucléus, les réflexions sur la labellisation et les pratiques professionnelles écoresponsables, la veille zoosanitaire des huîtres perlières, les cultures expérimentales, etc.

Création de comités locaux

 

Avec la nouvelle législation adoptée en juillet, chacun des acteurs de la filière perlicole, par métier, doit être titulaire d’une carte professionnelle délivrée par le Pays.

Les professionnels doivent déclarer leurs stocks, leurs achats et leurs ventes de perles et de nucléus.

Une licence doit également être délivrée avant chaque importation. Les huîtres perlières doivent être détroquées (séparées de leur support) avant transfert d’un lagon à un autre.

Un quota global de production est défini ainsi que des quotas individuels.

Un plafond écologique et un plafond de gestion sont mis en place : ils définissent les surfaces autorisées d’exploitation et le nombre de stations de collectage.

L’évaluation de la couche de nacre est gratuite à l’enregistrement pour les producteurs, elle reste accessible pour tous à titre payant, à la demande.

Enfin, le conseil de la perliculture, composé de tous les acteurs du secteur, s’inscrit “dans une démarche participative et une véritable implication dans les grandes décisions qui concernent le secteur”, selon la direction des ressources marines, qui précise que des comités locaux sont créés dans chaque île perlicole.

Le Pays affiche sa volonté de préserver la ressource, de protéger les lagons et de renforcer l’image de la filière à l’international et auprès des acheteurs.

 

Damien Grivois

 

 

13
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete