Billabong Pro – “Maintenir les athlètes en forme”

    lundi 24 août 2015

    “La recette de la réussite chez un sportif de haut niveau réside dans une bonne alimentation, une activité sportive, mais aussi dans une séance de chiropractie avant chaque effort intensif”, explique Ben Eastwood. Ce chiropracteur local est en collaboration avec l’équipe médicale de la World Surf League chaque année. “Comme tout est commandé par le système nerveux, la chiropractie peut soigner des états de déprime jusqu’aux maux de dos, maux de tête et même les vertiges. La pratique est simple. Nous intervenons aux mêmes endroits et le corps est capable de faire beaucoup de choses une fois ces endroits stimulés”, affirme-t-il.

    En quoi consiste la chiropractie ?
    La chiropractie est une discipline basée sur deux principes fondamentaux. Premièrement le corps se guérit de lui-même, il est auto-guérisseur et auto-régulateur. Par exemple lorsqu’on se coupe on n’a pas besoin de demander au corps de guérir la blessure, il le fait de lui-même. Deuxièmement, tout est commandé par le cerveau et le système nerveux. La chiropractie fait donc le lien entre le corps et le cerveau par les terminaisons nerveuses. Le chiropracteur, au lieu d’agir comme un médecin contre la maladie, agit avec le corps pour l’aider à retrouver le contrôle.

    Quel est ton rôle dans la Billabong pro ?
    Je suis engagé par la WSL. Nous sommes deux chiropracteurs pour la compétition. L’autre est Australien. On est en collaboration avec un médecin généraliste. C’est lui le responsable. Le rôle du chiropracteur est de mettre en forme les athlètes et le staff de la WSL pour qu’ils soient le mieux possible. Les surfeurs sont libres de se présenter quand ils le veulent. Ils viennent souvent nous voir avant une série ou la veille quand le mal est plus sévère comme un torticolis par exemple, pour que le corps ait le temps de se reposer.

    Quelles sont les principales blessures des surfeurs ?
    Il y en a plein, mais je pense que celles que l’on rencontre le plus souvent, ce sont les muscles qui font une flexion de la hanche, surtout sur leur pied arrière car c’est leur pied d’appui, les muscles restent donc serrés. C’est la blessure qu’on trouve chez tous les surfeurs. Je suis même capable de dire si un surfeur est “regular” ou “goofy” rien qu’en manipulant ces muscles. Il y a beaucoup de choses qu’on ne peut pas contrôler, les vagues, la planche qui se casse etc. Mais ce qu’on peut contrôler, c’est la forme physique juste avant de surfer. Je pense donc que pour le meilleur résultat, une séance de chiropractie est obligatoire.
    Propos recueillis par David Chang Chen Chang

    Suivre la compétition sur le site de la World Surf League

    Dernière pause avant la reprise

    Sans grande surprise, la Billabong Pro Tahiti est restée en stand-by hier pour la sixième journée consécutive.
    « Les deux derniers jours (aujourd’hui et demain) de la période d’attente devraient nous fournir les meilleures vagues de la période d’attente », a confié le commissaire de la World Surf League, Kieren Perrow.
    Pascal Luciani, directeur de la société Tahitian Ocean Production, a expliqué que si la compétition n’avait pas repris plus tôt que c’était la faute à de “mauvaises conditions de vagues ces six derniers jours, avec une houle trop orientée sud-sud-est. De plus, il y a eu un vent très peu favorable ces derniers jours, qui semble s’améliorer lundi (aujourd’hui). Ce sont ces raisons qui ont poussé les responsables de la World Surf League de reporter la compétition jusqu’à aujourd’hui.”

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete