Habillage fond de site

Billabong Pro – Michel Bourez : “Il faudra rebondir après cette défaite”

lundi 14 août 2017

michel bourez

Michel Bourez n’a pas réussi à dompter Teahupo’o en mode compétition pour la neuvième année consécutive. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Michel Bourez a été éliminé, samedi, au round 3 de la Billabong Pro Tahiti par l’Américain Conner Coffin. Le Tahitien reste stable à la treizième place du classement du Championship Tour. La prochaine étape de “Spartan” est prévue en Californie à la Hurley Pro at Trestles (6 au 17 septembre).

Et patatras ! Michel Bourez est de nouveau tombé avec fracas pour la neuvième fois de sa carrière à Teahupo’o.
Le Tahitien  avait  bien la force brut pour franchir le round 3, samedi, face à l’Américain Conner Coffin, mais il lui a manqué un soupçon de chance qui le fuit maintenant depuis 2009.

Conner ne s’est donc pas fait prier pour  le croquer, l’avaler  avec  13,77 points (6,17-7,60) contre 12,90 pts (6,47-6,43).

Pourtant “Spartan”, envoyé en repêchages au round 2 vendredi, a été  en parfaite adéquation le lendemain avec ce que ses supporteurs attendaient de lui :  une victoire !

Et c’est le Brésilien Jadson Andre (14,97 contre 14,77 pts) qui a fait les frais du mordant tahitien.

Étaient-ce là les prémices d’une longue et belle aventure à Hava’e ? Malheureusement, non.

L’Américain Conner Coffin faisait tout voler en éclats au round 3. Seul restait intacte la positive attitude de Michel qui, en plus de ne pas rétrograder après Teahupo’o (13e), lancait une phrase chargée d’optimisme pour la suite de la saison : “Il reste quatre épreuves à négocier, je ne laisserai pas tomber.”

 

Tu es forcément déçu après cette  neuvième défaite à Teahupoo. Comment l’expliques-tu celle-là?

“C’est la compétition. Je ne pense pas avoir fait d’erreur, au contraire de l’an dernier. Je pense que ma technique était bonne.”

 

Quelle était ta stratégie au round 3 face à l’Américain Conner Coffin ?

“J’avais prévu d’attendre les grosses vagues car j’avais constaté que dans la série précédente, il y en avait eu vraiment de très bonnes avec notamment les deux neuf sur dix (9 et 9,70) de John John (Florence). J’ai donc pris la décision de me focaliser sur les gros sets. Il y en a bien eu dès le coup d’envoi de la série, mais nous étions  tous les deux trop à l’intérieur du récif. On voulait absolument prendre la première priorité. C’était vraiment un choix à faire… Un choix difficile.”

 

Ça a dû être frustrant de voir les séries passer à l’extérieur ?

Oui, c’est sûr, mais est-ce que j’aurais dû me placer  plus à l’extérieur, quitte à lui (Conner Coffin) laisser la priorité ? Je ne sais pas… C’était quand même une décision compliqué à faire sur le moment. Je ne le regrette pas.”

 

L’Américain a rapidement scoré alors que toi tu attendais patiemment les grosses vagues qui ne sont finalement jamais arrivées. La pression a dû être forte ?

“Je n’ai vraiment pas stressé. Je suis resté patient, mais les grosses vagues n’étaient pas là. J’étais mené au score et il ne restait plus beaucoup de temps avant la sirène. Il fallait alors que je réagisse et j’ai pris des petits scores pour tenter de faire grimper ma note. Lorsqu’il n’y a pas de grosses vagues, à un moment donné, tu es obligé de l’accepter, c’est comme ça.”

 

Tu restes treizième au classement du Championship Tour. Cette élimination prématurée va forcément t’obliger à changer tes objectifs de fin de saison.

“C’est certain, il faudra rebondir après cette défaite. Il ne faut surtout pas se laisser abattre. Mon objectif top 3 s’éloigne drastiquement car la plupart des gars devant moi au classement sont très en avance, c’est eux qui joueront le titre. Pour moi par contre, il faudra voir mes ambitions à la baisse. Mais une chose est certaine, je ne lâcherai rien jusqu’à la fin de la saison pour me rapprocher au maximum du haut du classement. En fait, Il ne faut pas changer sa vision de voir les choses, il faut continuer de rester positif et savoir relativiser la défaite ou la victoire. Il reste quatre épreuves à négocier, je ne laisserai pas tomber.

 

Que penses-tu de cette saison ?

“Elle est vraiment très difficile. Je constate aussi que c’est la première année que la plupart des “rookies” (les nouveaux surfeurs du CT) ont un très bon niveau. Le deuxième tour des repêchages devient très relevé, c’est pratiquement comme des quarts de finale. Il faut vraiment s’arracher pour se qualifier. C’est dur !”

 

Et tu tiens le coup ?

“Mon physique et mon mental sont toujours au top, je me sens bien pour continuer… Je n’ai que 31 ans.”

 

 

Propos recueillis par M.Tr.

 

palmares

 

61
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete