Billabong Pro – Michel Bourez : “Tout s’est passé de travers…”

mercredi 19 août 2015

Michel Bourez, en plus d’avoir manqué cruellement de chance : première planche cassée en deux sur sa première vague, son leash se détache sur sa deuxième, il s’est aussi trompé dans la gestion de sa série du round 2 face au Brésilien Filipe Toledo (17,10-10,60 pts)
“Avant ma série, j’ai passé presque une heure sur mon Jet-Ski à regarder le spot de surf afin de décider où j’allais me placer. Lors de la série précédente, j’avais remarqué que les vagues se faisaient de plus en plus rares et étaient en baisse. J’ai donc pris la décision de prendre ma petite planche, une 5’11. Ma série est donc arrivée, je me suis positionné par rapport à l’analyse que j’avais faite du spot. Et là, il y a une grosse vague qui est arrivée, je la prend, et vlan… Je casse ma planche en deux. Du coup, je la change, et je perds du temps. Je prends une nouvelle vague, et cette fois, c’est mon leash qui s’enlève, je dois à nouveau changer de planche. Je perds encore plus de temps car on n’arrive pas à installer le leash. Du coup, je repars au pic avec une 6’3. Non, vraiment, tout s’est enchaîné contre moi. Je pars sur une vague alors que c’était la suivante qui était meilleure. Sans me cacher, je me suis sans conteste trompé lors de mon analyse du spot. À la série précédente, c’était bien la première qui était la meilleure… Mais pas dans la mienne. J’ai fait tout le contraire de ce qu’il fallait faire.  Tout s’est passé de travers”, se reproche-t-il.
“Il y a souvent des moments comme ça dans une carrière de surfeur où tout va de travers. Dans ces moments-là, il faut savoir changer la situation en ta faveur, mais c’est difficile parce que tu ne peux pas prédire ce que l’océan te réserve comme surprise. Donc, il faut faire les bons choix très rapidement sinon c’est foutu… Comme moi cette fois”, soupire-t-il.
“C’est carrément frustrant de se faire sortir sans réellement s’être battu sur les vagues. Et pire encore, à 30 secondes après la fin de la série, je prends une excellente vague qui aurait pu me permettre de scorer gros mais voilà, elle n’est pas arrivée lorsque j’en avais besoin. C’est comme ça. Ça ne sert à rien de ressasser ce moment car il fait mal. J’ai mis du temps à digérer tout ça et à me remémorer toutes mes erreurs. C’est lorsque tu te remets en question que tu te rends compte qu’il y a beaucoup de choses à corriger pour ne plus reproduire ces erreurs qui m’ont été fatales. Mes choix n’ont pas été les bons, j’assume. Ça doit me servir de leçon pour la suite”, résume-t-il.
En ce qui concerne mon classement, c’est sûr que ça va être chaud. Après, je constate aussi que tous les gars qui sont au même niveau que moi ont tous perdu. Mais il faut absolument que j’arrive à faire un bon résultat, au moins un round 5. J’avoue que le fait d’avoir perdu si vite à domicile m’a affecté moralement car je pensais vraiment en profiter pour remonter au classement…”
M.Tr.

Lire aussi ici l’interview de  Graham Stapelberg, le directeur général du circuit mondial

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete