Blocages aériens : le secteur du tourisme exige un nouveau cadre légal

    vendredi 19 mai 2017

    Les professionnels du tourisme (transport, hébergement, agences…) en appellent à la responsabilité de l’État et du Pays pour assurer, en tout temps, la liberté de circuler. (Crédit : Marie Guitton)

     

    « Là, il y a vraiment l’expression d’un ras-le-bol et d’une indignation. » Ce vendredi matin, à l’invitation de la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, une vingtaine de représentants des professionnels du tourisme ont tenu une conférence de presse conjointe au sujet de la grève des pompiers aéroportuaires, qui paralyse les transports aériens depuis cinq jours maintenant.

    Ensemble, transporteurs, hôteliers, pensions de famille ou agences de voyage appellent « le président du Pays et le Haut-commissaire » à prendre leurs responsabilités afin qu’un tel blocage ne se reproduise plus à l’avenir.

    « Ce qu’on demande aujourd’hui, c’est de trouver un cadre légal pour assurer un service minimum », « un fonctionnement minimal du transport aérien », ont-ils expliqué, tandis que Michel Monvoisin, le PDG de la compagnie à la fleur de tiare, se disait « choqué » par les certificats médicaux délivrés aux grévistes durant l’actuel conflit social afin qu’ils ne puissent être réquisitionnés.

    Evoquant une « catastrophe » pour le secteur touristique, et plus largement pour l’économie des îles et du Pays, les professionnels se disent prêts à travailler à la recherche de solutions avec les autorités et les syndicats.

    Constatant par ailleurs que des « risques inconsidérables » sont aujourd’hui faits courir aux voyageurs et aux malades (rupture d’approvisionnement des médicaments, suspension des evasan, longs trajets effectués en poti marara…), certains d’entre eux envisageraient également la possibilité d’intenter une action en justice, afin d’avoir un « moyen de pression ».

     

    M.G.

     

    Lire l’article complet et les interviews des intervenants dans La Dépêche de Tahiti du samedi 20 mai 2017

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete