Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Il fait boire une tisane toxique à un adolescent, qui sombre dans le coma

lundi 21 août 2017

datura

Le jeune garçon n’avait pas prévenu des effets toxiques de sa décoction. (© Photo d’illustration : Florent Collet)

La mère de Moana (prénom d’emprunt) est saisie d’effroi quand elle voit son fils de 13 ans rentrer à leur maison de Punaauia. Son comportement est incohérent : il va d’abord ranger son assiette chaude dans le réfrigérateur, explique être frigorifié et se met au lit avec ses habits, puis se lève, se tape la tête contre les murs, agite les bras, puis tombe au sol inconscient. Il est conduit à l’hôpital, dans le coma. Il sort du service de réanimation deux jours plus tard. 

Quelques heures avant son admission à l’hôpital, Moana est avec son grand frère et l’un de ses amis, Bryan (prénom d’emprunt). Ce dernier propose de faire du thé avec des feuilles jaunes qu’il possède dans un grand sac.

Il s’agit de brugmansia, une plante décorative, souvent confondue avec la datura dont elle partage l’apparence mais aussi les puissants effets toxiques. Le brugmansia est encore plus toxique que la datura, qui est utilisée comme poison en Amérique latine. Des effets que ne semble pas connaître le jeune garçon de 13 ans.

Bryan, le prévenu, l’en aurait informé. Assertion démentie par la jeune victime qui a bu le breuvage et par son frère.

La tasse, dont la moitié du contenu s’est renversée, va donc finalement être bue par le jeune garçon.

Bryan, lui, connaît les effets de sa décoction pour avoir découvert la plante sur Internet.

“On ne va pas donner une bouteille d’alcool à un enfant de 8 ans, même s’il connaît les effets”, s’est insurgée l’avocate de la victime, s’adressant à l’avocate qui défend Bryan, absent du tribunal, vendredi dernier. Bryan n’est, en effet, pas à la barre car son père, militaire, a été muté, après cet incident. Son avocate se fait sa porte-parole. “Il a reconnu avoir fait une erreur de jeunesse, qu’il n’avait pas imaginé les conséquences, que cela n’avait pas eu ces effets sur lui.”

Comme l’explique le juge, vendredi, l’affaire avait d’abord été orientée vers une “administration de substance criminelle”, pour laquelle il encourait une peine criminelle, mais avait finalement été qualifiée comme des faits de blessures involontaires ayant entraîné une ITT supérieure à 15 jours.

“Cela aurait pu être effroyable si la tasse avait été bue entièrement, s’insurge l’avocate. Le brugmansia ou la datura font beaucoup de morts, il y a là un caractère criminel.” 

Selon elle, le tribunal de police n’est pas compétent pour juger cette affaire. Le procureur requiert ensuite une amende entre 100 000 et 180 000 F.

Mais le juge unique du tribunal a finalement décidé qu’il n’était pas compétent pour juger une affaire de cette gravité. L’affaire devra être jugée par le tribunal correctionnel, voire par une cour d’assises. Plus d’un an après les faits, la victime conserve des séquelles, se montre particulièrement irritable et continue de parler toute seule. 

 

F.C.

 

 

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete