Habillage fond de site

Bora Bora favorable à la création d’une unité éducative pour enrayer la délinquance

jeudi 11 avril 2019

Le maire de Bora-Bora, Gaston Tong Sang et sa directrice générale des services, Maireraurii Leverd, rencontrent Hélène Nicolas, directrice de la DPJJ en Polynésie française. (© commune de Bora Bora)

Le maire de Bora-Bora, Gaston Tong Sang et sa directrice générale des services, Maireraurii Leverd, rencontrent Hélène Nicolas, directrice de la DPJJ en Polynésie française. (© commune de Bora Bora)

La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (DPJJ), chargée du suivi des mineurs délinquants envisage, avec le partenariat de la commune de Bora-Bora, de créer une unité éducative de milieu ouvert aux îles sous le vent, basée à Bora-Bora.

Hier, le maire de Bora-Bora et président de l’assemblée de Polynésie française, Gaston Tong Sang et Maireraurii Leverd, directrice générale des services à la commune de Bora-Bora, ont rencontré Hélène Nicolas, directrice de la protection judiciaire de la jeunesse en Polynésie française dans les locaux de l’assemblée de Polynésie française.

Suite au signalement des partenaires et à la recrudescence de délinquance aux îles sous le vent, le service territorial éducatif de milieu ouvert (STEMO) a décidé d’un commun accord avec le premier magistrat de l’île de Bora-Bora, de mettre en place cette unité dans l’optique d’assurer un suivi régulier et permanent des jeunes de l’île, d’organiser des missions éducatives avec des professionnels et de tendre vers une meilleure qualité de prise en charge individuelle.

À cet effet, la commune mettra à disposition, à titre gracieux, un local permettant la tenue d’une permanence à la mairie de Vaitape. La mutualisation des moyens et compétences du Pays, de l’État et de la commune en matière de prise en charge des jeunes placés sous mains de justice permettra à moyen et long terme de réduire la délinquance et d’apporter un soutien indéfectible aux jeunes.

D’ailleurs, l’installation du prochain CLSPD de Bora-Bora sera l’occasion, à l’instar de l’expérience à Teva I Uta, de poser les bases d’une proximité de la Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) au service de la qualité de la prise en charge des jeunes.

 

LDT

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete