Bora Bora – Heiva: Troisième soirée de présentation 

    vendredi 24 juin 2016

     

    “Moi je suis Maohi, c’est un don de Dieu” (Crédit DR)

    “Moi je suis Maohi, c’est un don de Dieu” (Crédit DR)

    Les deux groupes qui présentaient leur spectacle, mardi soir, Faanui et Tipoto, ont célébré, chacun à leur manière, leur identité. Respect du nom ou fierté d’être maohi, chacun a révélé les trésors cachés de son être.

    Ce mardi, le chef d’orchestre de Tamarii Faanui, Boris Atuahiva, a présenté à l’assemblée venue à Vaitape sur la place Tu Vavau son himene prônant l’importance du nom, de l’identité, de l’histoire qui construit chaque être. “Respecter un nom, c’est respecter son histoire” : rassemblés vers le centre, les hommes et femmes installés en quinconce saluent l’assistance du bras droit au nom de leurs ancêtres, au nom de leurs parents, le nom de leur peuple Anau.

    À l’issue de la présentation, tavana Gaston Tong Sang, entouré de la troupe de Faanui, et des conseillers municipaux prend la pose pour sceller cette soirée magique.
    Miss Bora Bora, la première dauphine et Mister Raromatai, Warren Penehata, élu samedi dernier, ont fait l’honneur d’être présents à la manifestation.

    Des costumes flamboyants

    En seconde partie de soirée, Hinano Teriitau dit Lamu, chef de groupe de Tamarii Tiipoto, a présenté au public 150 performeurs sur le thème du salut du peuple maohi. “Qu’est-ce que pour moi être un Maohi avant tout ?” C’est la question à laquelle les danseurs ont tenté de répondre lors du himene. “Je suis Maohi. C’est un don de Dieu. J’ai une langue, une identité, je suis un peuple, le peuple maohi. Regarde autour de toi, écoute, accepte et respecte.”

    Une attention particulière s’est portée sur les costumes des danseurs de Tamarii Tiipoto. Les femmes portent un pareo rouge et dressent sur leur tête un peue très original, quasi sculptural. Léger et pétillant, un vent de fraîcheur s’empare de la scène de sable. Les bras s’élèvent, saluent, remercient pour les bienfaits de la terre, de la mer et du ciel.
    Une spirale de danseurs se déroule sous les yeux des spectateurs et laisse place à une jeune femme, Tevai Flores qui déclame le orero. Elle aussi vêtue de rouge et blanc, elle porte au bout de ses doigts de longues tiges blanches similaires à celles qu’elle porte sur sa tête. Impressionnant !

    “Lève tes yeux au ciel, tu découvriras la joie de vivre”, et c’est par une nuit de pleine lune que les danseurs ont brillé. Les more bien fournis en niau mettaient en valeur la rondeur de leurs mouvements, un déhanché affirmé, l’ensemble du costume souligne la richesse de la nature polynésienne.
    Les femmes claquent entre leurs mains deux demi- noix de coco, ça cliquette, ça sort de l’ordinaire, l’assistance apprécie. Ia orana !

    Vendredi soir , ce sera au tour de Tamarii Amanahune de présenter leur ori et à Tiipoto de soumettre au public leur himene.

    De notre correspondante Pauline Stervinou

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete