Bora Bora – Maraamu Surfski Race : une armada polynésienne pour contrer Sean Rice, le roi du monde sud-africain

    jeudi 8 octobre 2015

    La Maraamu Surfski Race 2015 va prendre le départ samedi, entre Taha’a et Bora Bora. Qui succédera à Clint Robinson, vice-champion du monde d’Ocean Race 2015 ? Cette 7e édition verra entre autres la participation d’une quarantaine de compétiteurs étrangers.

    Dans la foulée des championnats du monde Kayak Ocean Race, qui se sont déroulés le week-end dernier à Tahiti, les gros bras de la discipline vont se retrouver pour en découdre samedi, sur les 39,5 kilomètres qui séparent la passe Paipai à Taha’a et le quai de Vaitape à Bora Bora, pour la 7e édition de la Maraamu Surf ski Race.

    Cent kayaks au départ
    Les organisateurs de cette spectaculaire course au large dans les embarcations les plus frêles qui soient, les K1, Sébastien Mosole et Karl Delort, compères de longue date au sein du “Bora Ocean Paddle”, se sont assuré, une fois encore et grâce à l’indéfectible soutien de leurs sponsors, d’attirer dans leurs filets les aito de la discipline. Le numéro 1 mondial, le Sud-Africain Sean Rice, qui a terminé 4e la semaine passée à Tahiti après avoir fait toute la course en tête avec le futur vainqueur, Cory Hill, sera le grand favori de l’épreuve.
    Si Clint Robinson, champion en titre et détenteur du meilleur chrono sur la distance en 2h33’’ ne défendra pas son trophée, en raison de sa participation à la Molokai à Hawaii, pas moins d’une quarantaine d’internationaux étrangers ne viendront certainement pas dans les Raromatai en victimes expiatoires. On peut raisonnablement penser que ce sera également le cas d’une armada de rameurs polynésiens, soixante au total dont six de Bora Bora, qui rêvent d’inscrire leur nom en lettres d’or au palmarès de cette course. Une épreuve qui a largement acquis ses lettres de noblesse depuis sa première édition en 2008, pour sa difficulté certes, mais également pour l’ambiance unique qui y règne, avant, pendant et après l’affrontement.
    Le feu passera au vert pour les coureurs samedi matin, entre 8 heures et 8h30, selon les conditions météo, devant la passe de Paipai à Taha’a, d’où les coureurs s’élanceront à coups de rames rageuses vers la haute mer. Il sera à ce moment intéressant de suivre les options de cap prises par les uns et les autres pour rejoindre la passe de Teavanui, unique porte d’entrée dans le lagon turquoise de Bora Bora, avant d’entamer le sprint final en direction du quai de Vaitape, préféré cette année au motu Tapu pour servir de ligne d’arrivée. Les meilleurs devraient couper cette ligne sous les applaudissements, après un peu plus de deux heures d’un effort surhumain, sachant que l’année dernière, le tenant du titre, Clint Robinson, a couvert la distance en 3h19’01’’ pour une vitesse moyenne de 11,46 kilomètres à l’heure, devançant son compatriote Mark Anderson de 4’23’’ sur une mer d’huile ne favorisant ni le surf, ni la vitesse.
    Si la météo reste clémente et si le maraamu se maintient, la fête risque d’être très belle et les spectateurs nombreux samedi, sur la place Moto’i à Bora Bora, pour accueillir, entre 10 heures et 11 heures, les dieux de la discipline, qui recevront leurs trophées au cours d’une soirée qui s’annonce mémorable le soir même, au célèbre Bloody Mary de Amanahune.

    De notre correspondant Alain Lepresle

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete