BORA BORA – Taurua Varua 2016, dernière soirée

    mardi 26 janvier 2016

    Une partie du gouvernement avec le président, Édouard Fritch, a assisté et découvert le Taurua Varua, concours de chants organisé par le conseil des diacres de l’EPM. Lors de son allocution, Édouard Fritch a demandé à recentrer les choses autour de la famille. Les ministres ont vu un resserrement des liens, un savoir vivre en communauté. Ce concours religieux permet, par la présence des enfants, et des jeunes, de passer le relais aux générations montantes.

    La présence d’une délégation du gouvernement au dernier Taurua Varua de l’année regroupant près d’un millier de personnes, a été, pour Gaston Tong Sang, le maire de l’île, comme une « opération divine ». En effet, une telle visite pour ce concours de chants religieux organisé par le conseil des diacres de l’EPM (Église protestante maohi) était une première.
    Clôturant leur tournée aux Australes, le président de la Polynésie française, Édouard Fritch accompagné du ministre du Développement des activités du secteur primaire, Frédéric Riveta, du ministre du Logement et de la rénovation urbaine, de la politique de la ville, des affaires foncières et du domaine, Tearii Alpha, du ministre de la Santé et des solidarités, Patrick Howell, ont sacrifié la dernière soirée à Rurutu pour la perle du Pacifique.
    La population connait bien Édouard Fritch pour sa simplicité et, même si tous les paroissiens étaient fiers et heureux qu’il soit là, ils ne se sont pas formalisés et ont montré la même belle ferveur que lors des précédents dimanches.
    À 17 heures, les officiels sont arrivés au fare amuiraa Galilea dirigé par les membres du amuiraa Daniela et ont été couronnés. Angèle Teriitau a fait le déplacement depuis Taha’a pour assurer le rôle du pari pari accueillant les invités. Paroissiens et membres du gouvernement ont pris la première collation, ensemble, à la même table.

    Des repères solides pour les jeunes

    Après la liste des dons proclamée par les diacres, parole a été donnée au président du gouvernement, qui a demandé de recentrer les choses autour de la famille et de poser les bases de manière à redonner des repères solides. Patrick Howell a vu un resserrement des liens, un savoir vivre en communauté alors que de plus en plus, les populations s’isolent devant la télévision.
    Un concours religieux qui, par le biais de la culture, permet, avec la présence des enfants, de passer le relais aux générations montantes.
    Les chants ont revêtu une qualité exceptionnelle et, pour le tuki des Rarotonga, le pasteur Pumati et son épouse n’ont pas hésité à se lancer, avec le amuiraa Ieruatalema, dans la danse et dans le chant, de manière à remotiver à fond, la ferveur de leurs paroissiens. Ils avaient été couronnés, préalablement, par le amuiraa Ziona de Anau, et emmitouflés dans un tifaifai, à la manière des îles Australes.
    Les représentants de l’assemblée ont apprécié, en dernière partie de la nuit, d’assister au concours des quatre aito des fare amuiraa de Vaitape. Des orateurs qui chacun, récitent, pendant près de vingt minutes, un verset de la Bible qui a été commenté jusqu’à l’aube.
    Une très belle dernière édition qui restera, assurément, gravée longtemps dans les mémoires des paroissiens mais également, des ministres et du président, certes fatigués, mais sans aucun doute, ressourcés spirituellement.

    De notre correspondante Françoise Buil

    Classement général

        I Ierutalema
        2 Filippi
        3 Galilea
        4 Hagai
        5 Ziona et Daniela

    Gaston Tong Sang maire de Bora Bora : “La venue du gouvernement est certainement une opération divine”

    « La venue du gouvernement est certainement une opération divine. J’ai aperçu un bonheur immense chez les paroissiens suite à cette présence. Le moment est bien choisi pour lui qui ne sera plus « le Poulidor du Tahoeraa ». Nous l’avons toujours considéré comme second mais on a vu ce qui s’est passé à l’Assemblée. Il est décidé à aller de l’avant. Il s’est rendu compte que seul, dans cette démarche, il ne pouvait pas avancer. Il est venu se ressourcer spirituellement à Bora Bora. C’est une très bonne chose car 2015 a été une année marquée par les travaux importants réalisés et pour cela, le conseil municipal et la population, sommes très reconnaissants de ce qu’il a fait en très peu de temps, la route, le projet du collège, les terrains affectés à la mairie. Je me souviendrais de son premier discours quand il est venu au mois de mars, en pleine tourmente au niveau politique. Il a reconnu que Bora Bora est une motrice pour le pays et que, grâce au tourisme et au travail accompli, les taxes et entrées provenant du tourisme permettent de remplir les caisses du Pays. C’est comme si on a un cheval de trait qui tire la charrette et on oublie de lui donner de l’avoine. Il a appuyé auprès de l’État pour que François Hollande vienne mais ça ne se fera pas. Pour la COP21, les chefs d’État du Pacifique sont venus et ont été convaincus que Bora Bora est une réussite au niveau environnement et service public. J’ai apprécié ses propos quand il disait que l’argent c’est bien mais ça ne doit pas être la principale préoccupation, il faut recentrer les choses sur la famille, poser les bases de manière à redonner des repères solides. Désormais, pour lui, le Taurua Varua a une signification, c’est un tout. »

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete