Bouclage de dernière minute pour la candidature 2023

    mercredi 20 avril 2016

    Le torchon ne cesse de brûler entre le président du Comité olympique de la Polynésie française (COPF), Tauhiti Nena et le ministère des Sports. Cette fois, c’est la question de la candidature de Tahiti aux Jeux du Pacifique de 2029 qui oppose les deux partis.
    Hier, Tauhiti Nena a agité la perspective de voir la candidature polynésienne ne pas être retenue par le Conseil des Jeux : “J’espère que demain (aujourd’hui, NDLR) lors de l’assemblée générale, a-t-il expliqué, on ne va pas nous dire que notre candidature est retirée. En tout cas, dans un mail, le directeur administratif du conseil des Jeux m’informe qu’il y avait des chances qu’elle soit retirée.”
    Afin de s’assurer de la solidité financière du pays organisateur et éviter le genre de déconvenues vécues dernièrement en Papouasie, il est demandé une caution de 100 000 $ soit l’équivalent de 11 millions de francs.

    Le Pays n’ayant pas dans son statut, un texte permettant de payer une subvention pour une caution, le ministère des Sports a donc décidé de le verser au COPF pour qu’il le reverse au conseil des jeux. Cette dépense n’étant pas prévue, c’est une lettre d’engagement à payer le COPF qui a été fournie à son président Tauhiti Nena. “Je n’ai aucune certitude à part un courrier de la ministre qui s’engage à signer. Je m’inquiète, parce qu’en janvier il m’a été dit la même chose, et en avril il n’y a rien. Si je sors cet argent, en mai, je ne peux plus payer les employés”, précise-t-il en rappelant que le budget annuel du COPF est de 19 millions de francs. Le ministère indiquait hier qu’un arrêté du contrôle des dépenses engagées allait être pris pour garantir le paiement des 11 millions nécessaires au COPF qui devrait donc payer ses fonds en attendant ce versement.

    Autre hic, selon Tauhiti Nena, la signature d’un contrat sur les engagements par le Pays pour garantir la bonne organisation des Jeux. Un contrat qui n’est toujours pas signé malgré la demande des membres du Conseil des jeux lors de leur visite en Polynésie au mois de mars. “Ils ont dit que tout était bon, il fallait juste régulariser en versant les 100 000 $ et en signant le contrat”, rappelle Tauhiti Nena.

    Le son de cloche est différent au ministère des sports où il est expliqué avoir eu un délai supplémentaire du même responsable du Conseil des Jeux non plus pour signer un contrat, mais un engagement à signer le contrat si la Polynésie était retenue pour les Jeux. Le cabinet de la ministre explique qu’il a fallu du temps pour faire traduire le contrat en anglais et que ce dernier touchant à des questions de visas d’entrée, de fiscalité ou de droit à l’image, il a nécessité une analyse du secrétariat général du Pays avant d’engager la Polynésie.

    Une analyse qui a pris fin hier et qui devrait donner lieu à un échange avec le Conseil des Jeux afin de modifier les clauses du contrat, certaines relevant notamment de l’État.
    Les services du haut-commissariat devaient travailler dessus hier soir pour une signature éventuelle aujourd’hui ou demain. Reste que pour Tauhiti Nena, cet empressement de dernière minute relève “de l’incompétence du ministre ou peut-être de son staff autour. Cela fait depuis le mois de janvier qu’on leur signale que c’est urgent. Si pour des bricoles comme cela, on ne sait pas faire, les Salomon qui sont un pays pauvre auront les jeux.”

    Du côté du ministère, on préfère parler d’une “communication difficile” avec le COPF et de rappeler que depuis la mise en place d’un comité local pour cette candidature, le président du COPF n’a participé à aucune des quatre premières réunions.

    F.C.

    Mathius 2016-04-21 12:24:00
    La politique tue la sportivité des hommes entre eux. Donc cette candidature politique c'est tout sauf un acte qui sert le sport.
    Nena le jour où il s'est mis en politique a perdu son statut de sportif exemplaire.
    Pito 2016-04-20 17:18:00
    Il y a trop de politique qui se mêle à ce dossier. Il serait bien, pour notre Fenua, que les jeux se fassent chez nous. Oublions les clans politiques et travaillons tous ensemble.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete