Habillage fond de site

Le Bougainville fera sa première mission début février

samedi 17 décembre 2016

bougainville

Le bateau multi-mission Bougainville est arrivé hier à Papeete pour rejoindre la flotte de la Marine nationale en Polynésie française. (© Vaiana Hargous)

 

 

Le bateau multi-missions Bougainville est arrivé hier matin à la base navale de Papeete. Parti de Brest le 6 octobre dernier, le bâtiment a été affecté en Polynésie française pour une durée indéterminée et débutera ses missions en février. Il permettra d’effectuer des missions de 30 jours sans ravitaillement et sera en mesure de naviguer 200 jours par an grâce au système de double équipage.

 

 

 

Le B2M (bateau multi-missions) Bougainville est arrivé hier à la base navale de Papeete après 51 jours de mer et 5 escales. Il a été accueilli par les militaires des forces armées en Polynésie française, des autorités de l’Etat, du Pays et des acteurs civils du monde la mer.

Affecté en Polynésie française, ce bâtiment est destiné à assurer de nombreuses missions outre-mer : présence, surveillance et protection des zones économiques exclusives, projection de forces, soutien logistique, action de l’Etat en mer, police des pêches, intervention à la mer, lutte contre les trafics illicites, sauvegarde et assistance au profit des populations (catastrophes naturelles…).

Armé par deux équipages de 23 marins et pouvant assurer un déplacement d’environ 2 300 tonnes en charge, le B2M peut atteindre une vitesse de 13 nœuds (environ 26 km/h). Ce type de bâtiment permettra d’effectuer des missions de 30 jours sans ravitaillement et sera en mesure de naviguer 200 jours par an grâce au système de double équipage.

L’équipage A, mené par le capitaine de corvette Sébastien Fajon, 34 ans, est celui qui a acheminé le bateau de Brest à Tahiti. Celui-ci pourra donc profiter d’une permission pendant que l’équipage B, mené par le lieutenant de vaisseau Alexis Gollnisch, 33 ans, commencera à s’entraîner dès lundi en vue de sa première mission de surveillance de la ZEE, début février.

Le président du Pays, Edouard Fritch, présent à cet accueil avec d’autres membres de son gouvernement, a confié que «  les missions du Bougainville sont définies par la Marine nationale, mais il y a parmi ces missions, des missions qui nous semblent très importantes.

Je veux parler par exemple de la surveillance de notre zone maritime et d’autres missions, comme les secours apportés à nos populations lors des grosses intempéries que nous pouvons connaître, et en particulier dans les îles éloignées, aux Tuamotu, comme aux Marquises ou aux Australes. Enfin, il y a un sujet qui reste d’actualité, c’est celui du narcotrafic.

Les îles de la Polynésie française sont à la porte d’entrée du Pacifique. Notre position est vulnérable et fort heureusement, avec les moyens que déploie la Marine avec les ententes qui sont passées avec la marine américaine et d’autres marines, cela nous apporte la tranquillité d’esprit de se savoir protégé par de tels bâtiments.»

En retour, le Pays a contribué à l’accueil du Bougainville en lui faisant un cadeau fiscal. «  Nous avons exonéré en partie ce bâtiment, ce qui est pour moi un geste normal, puisqu’il va servir aussi, et avant tout, les Polynésiens  », a ajouté le président du Pays.

Pour le haut-commissaire René Bidal, «  l’intérêt du Bougainville est d’avoir une polyvalence en mer sur les missions qui est extraordinaire, et que n’a jamais eu pour l’instant en moyen opérationnel la Polynésie française. C’est un bateau qui était très attendu et qui peut me servir, avec l’Amiral, à venir au contact des populations en cas de sinistre important et justement, la polyvalence des missions qu’ils sont en capacité d’accomplir fait que à peu près tout ce qui peut caractériser l’aide aux populations pourra être fait  : l’emport des containers frigorifiques, la capacité également de prendre des populations à bord… Bref, c’est un moyen opérationnel exceptionnel  ».

Le Bougainville est le deuxième d’une série de quatre B2M déployés à Nouméa, Tahiti et bientôt à la Réunion et aux Antilles. En Polynésie, il vient renforcer la flotte de la marine nationale, déjà composée du Prairial, de l’Arago et du Jasmin.

 

 

V.H.

 

 

Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

 

 

46
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete