Boxe – Deux ceintures à prendre

mercredi 6 mai 2015

Dire que la dernière soirée UBO, organisée à Tahiti en novembre 2014, avait laissé un goût très amer au public et aux organisateurs serait un doux euphémisme. En effet, le champion hongrois, Zoltan Petranyi, avait brillé par son absence le soir du combat, laissant Temoo Temaitahio bien seul sur le ring prendre une ceinture sans combattre. 
Champion sans vraiment l’être, Temoo aura cette fois l’occasion de véritablement conquérir un titre et ainsi figurer officiellement au palmarès après un combat pour lequel il s’est bien préparé. Quant au problème de ring dont le manque de conformité avait été argué par Zoltan pour justifier son absence, il semble être résolu comme l’a indiqué Danny Guyonnet, directrice de l’IJSPF (Institut de la jeunesse et des sports de Polynésie française), lors de la conférence de presse qui s’est tenue hier matin. 
Les deux boxeurs métropolitains ont assuré qu’ils monteraient bien sur le ring vendredi soir, car ils étaient venus pour combattre. 
La soirée débutera à 20 heures par quatre combats amateurs, entre les meilleurs du moment, avant de laisser la place à une troupe marquisienne pour un haka qui devrait bien chauffer le public avant les deux rendez-vous professionnels qui promettent du spectacle. 
Temoo Temaititahio devra d’ailleurs être au sommet de sa forme pour affronter un adversaire bien plus grand que lui et qui sait ce que le mot combattre veut dire. Alban Galonnier, ancien champion d’Europe et double champion du monde de kickboxing, semble disposer des armes pour contrer la puissance de Temoo, même si son palmarès en boxe anglaise n’est pas aussi éloquent. Actuellement numéro 3 français, il a bénéficié de l’absence des n°1 et 2 français qui participaient à un combat en mémoire d’Alexis Vastine disparu tragiquement il y a quelques semaines lors d’un accident d’hélicoptère. 
Battu en finale du Championnat de France de la catégorie, le 20 janvier dernier à Limoges, Alban Galonnier a prouvé qu’il était un sérieux candidat pour ravir le titre au Tahitien. C’est en tout cas ce que pense son entraîneur, Salem Maharzi, qui se montre confiant même si l’invitation pour venir à Tahiti ne date que de trois semaines et a donc forcément nui à la préparation. 
Une préparation encore plus courte pour Sofian Bellahcene dont l’invitation ne date que de deux semaines, mais qui s’est déclaré très affûté, lui qui a aussi disputé une finale de Championnat de France le 6 mars à Lyon, perdue sur blessure au troisième round. Lui aussi n°3 français, il s’est déclaré, tout comme son entraîneur, Jean-Patrick Le Maître, “respectueux mais confiant” avant d’affronter Karihi Tehei. Si son palmarès ne plaide pas pour lui, avec seulement quatre victoires en seize combats, il se justifie par un choix de carrière sans concession, privilégiant les plus durs et n’hésitant pas à combattre à l’étranger comme en Angleterre ou aux Caraïbes. 

Luc Ollivier

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete