Une boxeuse de haut niveau à Tahiti

    jeudi 19 janvier 2017

    nathalie loustau

    Derrière ce petit bout de femme aux cheveux courts et à l’accent du Sud se cache une vraie guerrière, une boxeuse de haut niveau, qui a fait ses armes en métropole avant de venir au fenua en 2014. (© Élénore Pelletier)


    Nathalie Loustau, c’est un petit bout de femme aux cheveux courts et à l’accent du sud de l’Hexagone, mais aussi une boxeuse de haut niveau. Passionnée de boxe française, elle a terminé 3e au Championnat de France de boxe française en 2013 et grande vainqueur du Championnat de France de kick-boxing en 2013. Arrivée sur le territoire, il y a trois ans, elle décide aujourd’hui de transmettre sa passion aux Polynésiens.

     

    Nathalie Loustau n’a pas l’habitude de faire les choses à moitié dans la vie et  encore moins dans le domaine du sport.

    Adolescente, elle pratique l’athlétisme de haut niveau. Puis, plus tard, elle s’adonne à l’équitation et participe à de nombreuses courses en tant que cavalière.

    À l’âge de 25 ans, Nathalie Loustau s’essaie à la savate dans un club de Pau, à côté de chez elle. Immédiatement conquise, elle lâche les rênes pour s’y adonner pleinement.
    Elle fait son premier combat à 29 ans, dans la catégorie -52 kg.

    En parallèle, elle se met au kick-boxing et au muay-thaï.

    “Mon club ne proposait la savate qu’en pratique loisirs, mais moi, j’avais envie de passer à un niveau supérieur, même si j’avais conscience d’être un peu âgée pour m’y mettre. La plupart des grands boxeurs commencent à 15 ans. Je suis donc allée m’entraîner dans le club d’à côté, qui faisait du kick-boxing, et du muay-thaï en compétition et qui comptait parmi leurs adhérents de grands champions du monde. J’étais dans deux clubs. S’entraîner avec des gens de haut niveau, ça pousse vers le haut”, explique la jeune femme.

    À 30 ans, elle s’inscrit au Championnat de France espoirs de boxe française.

     

    Demi-finale et finale

     

    À côté de son travail, la jeune femme suit un entraînement intensif. Elle va à la salle chaque soir de la semaine, pour affiner sa technique, améliorer ses performances physiques et mettre les gants.

    Quand elle n’est pas à la salle, elle fait de la course à pied en extérieur. Elle suit un régime alimentaire très strict, pour se maintenir à un poids inférieur à 52 kilos (le poids de sa catégorie).

    “À cette époque, je ne sortais plus, d’une part parce que je n’en avais pas le temps : la journée, je travaillais en laboratoire, et, tous les soirs, j’étais prise par les entraînements. D’autre part, je ne pouvais plus me faire inviter à manger, au risque de manger des plats trop gras et donc incompatibles avec mon régime alimentaire. Je ne sortais plus boire de verres avec mes amis. C’est très spécial et très contraignant de pratiquer un sport à haut niveau”, raconte-t-elle.

    Elle arrive en demi-finale du Championnat de France, en janvier 2013.

    Parallèlement, elle participe au Championnat de France semi-professionnel de kick-boxing en mai 2013 et cette fois remporte la finale.

    L’année d’après, Nathalie Loustau passe en catégorie Élite et prépare à nouveau les championnats de France de savate. Mais elle n’ira pas au bout, puisqu’entre-temps, elle lâche tout pour venir s’installer au fenua.

     

    Des adeptes nombreux

     

    “J’ai eu une opportunité professionnelle ici, et je l’ai saisie. Le championnat était prévu en janvier 2014 ; je suis partie en février. Passée 30 ans, j’aspirais à autre chose : j’en avais ras-le-bol de cette vie dévouée au sport. Aujourd’hui, par moments, j’ai des regrets de m’être arrêtée aux portes du championnat, mais j’ai pu retrouver une vie normale”, confie-t-elle.

    Son coach de l’époque la met en contact avec un très bon entraîneur de boxe française, Fabrice, qui a suivi sa femme à Tahiti. Celui-ci la prend sous son aile et l’entraîne, mais cette fois pour le plaisir.

    À Tahiti, la jeune femme rencontre vite l’amour et tombe enceinte. Elle fait une pause sportive durant sa grossesse, mais renfile les gants peu de temps après la naissance de son fils.

    Fabrice retourne en métropole en 2016. Nathalie Loustau cherche un club de boxe française sur le territoire et n’en trouve pas.

    Elle décide alors de monter sa propre structure. Elle trouve quelques créneaux horaires dans une salle de sport, située à Punaauia et gérée par Raihere Dudes, champion de Mixed Martial Art (MMA).

    À peine lancée, la nouvelle activité de Nathalie a déjà trouvé ses adeptes, puisqu’elle accueille une dizaine de personnes tous les mardis et jeudis soir.

    La boxe française est un sport de combat assez technique, qui combine les coups avec les pieds et les poings, mais qui, contrairement à d’autres sports, proscrit l’usage des genoux et des tibias. C’est un sport très complet qui permet de tonifier l’ensemble des muscles du corps. C’est aussi un bon moyen de renforcer sa confiance en soi et sa maîtrise de soi.

    Les amateurs veulent surtout s’y défouler dans un état d’esprit convivial.

     

    Élénore Pelletier

     

    Capture d’écran 2017-01-19 à 11.34.38

     

      Edition abonnés
      Le vote

      Seriez-vous prêt à accepter de travailler avec une patente si un employeur vous indiquait qu'il ne peut pas vous salarier ?

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete