Habillage fond de site

Le braqueur de la banque de Arue derrière les barreaux pour cinq ans

mardi 14 novembre 2017

FC 1 braqueur Arue

Avec le butin, l’homme pensait partir vivre dans l’Hexagone avec “ses amis gitans et manouches”. (©Photo : Florent Collet)

Impossible de ne pas remarquer D.P. dans la salle d’audience. La joue entièrement marquée par un tatouage de toile d’araignée, il a été pris dans les mailles de la gendarmerie, quelques minutes après avoir braqué l’agence Socredo de Arue, vendredi dernier.

L’homme explique avoir réfléchi à ce braquage depuis un mois.

Il avait en tout cas prévu ce qu’il ferait avec son butin : “Vivre en cachette à l’hôtel Tahiti Pearl Resort, puis partir à Paris, puis Lorient pour vivre avec mes amis gitans et manouches”, a-t-il expliqué aux gendarmes.“Pour voir si les copains vont bien, ça fait longtemps que je n’ai pas eu de nouvelles”, complète-t-il.

Il n’a, en revanche, pas forcément beaucoup passé de temps pour mettre sur pied le braquage parfait. Arrivé à pied, l’homme ne s’était pas cagoulé et était parti tranquillement pour être retrouvé à 300 mètres des lieux.

“Je n’avais pas pensé à cela, j’étais confiant”, reconnaît-il au sujet de ces erreurs.

En janvier 2012, déjà, il s’était attaqué à l’agence Socredo de l’avenue Pouvana avec, là encore, un couteau de cuisine. Il avait alors demandé de l’argent pour pouvoir aller à Moorea. Il lui avait été demandé d’attendre son tour et c’est finalement la DSP qui était venue le cueillir.

L’homme avait par ailleurs déjà été condamné pour un braquage, avec une arme à feu, cette fois, en Bretagne. Mais le désormais récidiviste avoue qu’il pourrait bien ne pas s’arrêter là.

À la question : “Avez-vous des regrets. Si c’était à refaire, le referiez-vous ?” du juge, D.P. répond sans gêne : “Il va falloir que je réfléchisse encore. Peut-être à la Banque de Polynésie, je ne l’ai encore jamais faite.”

Au-delà de ses nombreuses condamnations, dont une devant les assises pour le viol de sa petite sœur, l’homme de 59 ans a déjà connu onze séjours en hôpital psychiatrique.

Les experts lui reconnaissent plusieurs pathologies, mais estiment qu’elles n’ont pas altéré son discernement. Il est, en revanche, incurable et dangereux pour son entourage et la société.

Vendredi dernier, il s’était d’abord présenté à 9 heures à l’agence, avait pris son ticket, mais avait estimé qu’il y avait trop de monde.

Il était revenu une heure plus tard, armé d’un imposant couteau de cuisine et avait, là aussi, pris sont ticket.

Voyant l’adjointe de la responsable d’agence entrer dans un bureau, il avait prétexté vouloir lui parler d’un dossier. Il avait finalement reconnu être venu pour un braquage pour obtenir 20 millions.

L’homme avait également indiqué à la responsable qu’il la prenait en otage, après avoir sorti son couteau.

La banquière avait tenté de donner l’alerte, mais le bouton était tombé en panne. Le personnel avait finalement perçu l’incident et c’est la directrice d’agence qui lui avait remis 50 000 F, en lui conseillant de partir rapidement.

C’est ce qu’avait fait D.P., non sans avoir remercié la responsable d’agence.

Hier, les juges ont suivi toutes les réquisitions du procureur, en condamnant D.P à six ans de prison, dont un an avec sursis, assorti d’une mise à l’épreuve d’une durée de cinq ans, durant laquelle il aura pour obligation de suivre des soins, d’indemniser les victimes.

Il est également privé durant cinq ans de ses droits civiques, civils et familiaux.

 

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete