Habillage fond de site

Annick Girardin reste inflexible face à Moetai Brotherson

mercredi 27 juin 2018

Moetai brotherson

Moetai Brotherson s’interroge sur le passage de deux à trois mandats possibles pour la présidence du Pays. (© DR)

Annick Girardin a décidément fort à faire avec la Polynésie française ces derniers temps. Après avoir renvoyé la sénatrice Lana Tetuanui dans son camp alors qu’elle l’interrogeait sur la réduction du nombre de parlementaires polynésiens à venir, dans le cadre de la baisse de 30 % du nombre d’élus au Sénat et à l’Assemblée nationale, la ministre de l’Outre-mer a répondu au député Moetai Brotherson qui, a contrario, l’interrogeait sur la demande de la majorité Tapura, de voir passer le nombre de mandats présidentiels de deux à trois.

“La limitation des mandats est un gage de renouvellement de la classe politique”, a exprimé hier l’élu indépendantiste, lors de la séance des questions orales au gouvernement. “Aucune demande n’a été faite de voir
l’extension du nombre de mandats en Polynésie ; c’est pourtant ce que vient proposer le projet de réforme. L’assemblée s’est prononcée contre cette réforme. Ma question sera donc simple, le gouvernement a-t-il l’intension d’aller jusqu’au bout du paradoxe ?”

La ministre des Outre-mer est d’abord revenue sur la limitation du nombre de parlementaires. “Les engagements du président seront également appliqués en Polynésie française et donc oui, il y aura une réduction du nombre de parlementaires.”

Concernant l’extension de deux à trois mandats possibles pour le président de la Polynésie française, la ministre Girardin entend faire appliquer “le droit commun” dans une réponse alambiquée qui se concentrait surtout sur la répétition du discours qu’elle avait déjà tenu à Lana Tetuanui, plutôt qu’à répondre avec précision à la question de Moetai Brotherson sur l’allongement du nombre de mandats possible pour le président du Pays.

Le projet de réforme de la Constitution qui propose la modification de l’article 74 de la Loi organique portant statut d’autonomie de la Polynésie semble être parti pour qu’à aucun moment, le gouvernement n’entende les arguments des élus polynésiens sur le sujet. Une sénatrice et un député, de bords opposés, s’y sont déjà cassé les dents. Des amendements seront probablement déposés en séance lors de l’étude du texte à l’Assemblée nationale, mais Annick Girardin ne semble pas montrer de signes de fléchissement dans sa ligne politique sur le sujet.

 

Bertrand Prévost

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete