Bruno Barrillot revient à la tête de la DSCEN

    jeudi 28 juillet 2016

    Photo extraite de “Témoins de la bombe”;

    Photo extraite de “Témoins de la bombe”;


    Il avait été limogé par Gaston Flosse en 2013

     

    Le conseil des ministres a nommé Bruno Barrillot en qualité de responsable de la délégation polynésienne pour le suivi des conséquences des essais nucléaires (DSCEN). Ce service administratif a été créé en décembre 2007 et est actuellement placé sous l’autorité du président de la Polynésie française.

    Les missions de ce service sont notamment : d’assurer le secrétariat général, technique et scientifique du conseil d’orientation pour le suivi des conséquences des essais nucléaires (Coscen) ; de coordonner l’action des services administratifs et établissements publics en la matière ; de faire toutes propositions et recommandations en matières environnementale, sanitaire, sociale, économique, foncière, immobilière et culturelle, dans ce domaine de compétence ; et d’être l’interlocuteur du délégué de l’État pour le suivi de ce dossier ainsi que du comité de liaison pour la coordination du suivi sanitaire des essais nucléaires français (CSSEN).

    En considération des tout prochains travaux attendus du CSSEN et du suivi des modifications réglementaires liées à la loi Morin et, d’autre part, des chantiers liés à la réhabilitation des sites, il s’est avéré pertinent de nommer un délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires.

    Bruno Barrillot répond au profil du poste compte tenu de sa carrière professionnelle et de ses compétences en la matière. Expert indépendant, spécialiste des armements et notamment des armes nucléaires, il fut cofondateur de l’observatoire des armements.

    Il avait déjà occupé les fonctions de délégué au suivi des conséquences des essais nucléaires entre 2009 et 2013. Son limogeage avait fait grand bruit tant en Polynésie qu’en France.

    Fin 2014, Gaston Flosse avait rappelé Bruno Barrillot, lui proposant d’intégrer la commission de suivi de la résolution sur le nucléaire de l’assemblée de la Polynésie française, ce que M. Barrillot avait refusé, ne voulant pas “être l’otage d’un groupe contre un autre”.

    Le porte-parole du gouvernement, Jean-Christophe Bouissou, a indiqué que le budget de ce service serait de l’ordre de 30 à 40 millions de francs par an, similaire à ce qu’il était jusqu’en 2013. La prise de fonction de Bruno Barrillot est prévue pour le 15 août.

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete