Habillage fond de site

Budget outre-mer 2018 en hausse de 4,4 %

vendredi 29 septembre 2017

ministère outre-mer

Le budget du ministère des Outre-mer pour l’année 2018 ne présente pas de changement majeur pour ce qui concerne la Polynésie française. (© DR)

Le budget outre-mer pour 2018 est en hausse de plus de 4 % par rapport à 2017, axé notamment sur le développement territorial et les politiques en faveur de la jeunesse et des entreprises, a annoncé hier la ministre des Outre-mer Annick Girardin devant la presse.

Le budget outre-mer s’élèvera au total à 2,02 milliards d’euros (241 milliards de francs), soit une progression de + 4,4 % à structure constante (c’est-à-dire comparable d’une année à l’autre) par rapport à 2017. Plus précisément, a ajouté le cabinet de la ministre, alors que le budget 2017 avait été annoncé à 2,03 milliards, près de 90 millions d’euros (10,7 milliards de francs) attribués au ministère des Outre-mer pour des “opérations en faveur des écoles en Polynésie, en Nouvelle-Calédonie et à Mayotte, ont été exécutés en réalité par le ministère de l’Éducation nationale”.

“Si on compare le budget réellement exécuté par le ministère des Outre-mer, c’est 1,93 milliard en 2017 et 2,02 milliards en 2018”, selon la même source.

“Sur l’ensemble du quinquennat, la hausse s’établira à près de 10 %”, a affirmé la ministre.

Le poste le plus important (plus de 50 % des crédits) reste celui des allégements de cotisations et de contributions sociales patronales et d’une aide au fret spécifique, budgété à hauteur de 1,08 milliard d’euros. Ces aides ne concernent pas la Polynésie française mais seulement les départements d’outre-mer, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. “L’effort en matière de construction scolaire” s’élève à “85 millions d’euros” (contre 30 millions en 2017) dont 65 millions d’euros (7,75 milliards de francs) pour la Guyane, dans le cadre des accords de Cayenne signés en avril.

Les crédits engagés dans les contrats de plan et de développement signés entre l’État et les collectivités territoriales “s’élèvent à 152 millions d’euros” (18,1 milliards de francs, soit +12 %), a-t-elle indiqué, pour la construction de “routes, quais, réseaux d’eau potable ou d’eaux usées, etc.”

C’est une hausse de 12 % par rapport à 2017. Le Fonds exceptionnel d’investissement (FEI) est ainsi maintenu à 40 millions d’euros (4,77 milliards de francs) ; le dernier exemple de la contribution de ce fonds en Polynésie française est une participation de 103 millions de francs (environ 80 % du montant total) au complexe sportif de Papara.

La dotation globale d’autonomie accordée chaque année à la Polynésie française pour compenser la chute de l’activité économique après les 193 essais nucléaires réalisés sur les atolls de Moruroa et Fangataufa entre 1966 et 1996 se maintiendra à 90 millions d’euros (10,7 milliards de francs) pour la seconde année consécutive – elle était auparavant de 80 millions d’euros. Rappelons que le budget du Pays en 2017 est de 156 milliards de francs.

Enfin, les crédits en faveur du logement social s’établiront à 228 millions d’euros (27,2 milliards de francs) contre 232 en 2017, soit “une légère diminution qui vient du fait qu’un certain nombre de dispositifs notamment en faveur de la rénovation des logements seraient pris en compte l’année prochaine, par des dispositifs de droit commun”, comme l’Agence nationale pour l’habitat (Anah) a précisé le cabinet.

 

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete