Habillage fond de site

Budget du Régime général des salariés – Le gouvernement renvoie la balle à la CPS

jeudi 21 décembre 2017

© archives LDT

À moins d’une nouvelle décision du conseil d’administration de la CPS, les indemnités de départ à la retraite des employés de la Caisse ne sont pas majorées pour l’instant. (© archives LDT)

Le jeu de la patate chaude continue. Le conseil des ministres a refusé hier de se prononcer sur le problème brûlant des indemnités de départ à la retraite des employés de la Caisse de prévoyance sociale (CPS). Pressé par le temps, à dix jours du changement d’exercice comptable, le gouvernement a simplement annoncé la reconduction pour l’année 2018 du budget 2017 du régime général des salariés (RGS).

“Le conseil des ministres prend ses responsabilités. Il nous faut un budget pour le RGS en 2018, il y aura un budget”, a dit le porte-parole du gouvernement, Jean-Christophe Bouissou, hier lors du point presse hebdomadaire à la présidence.

Cette reconduction d’office du budget 2017 est la conséquence de deux refus du conseil d’administration de la CPS d’adopter le budget 2018 présenté par la direction de la Caisse. Dans ce budget figurait une augmentation des indemnités de départ à la retraite des employés de la CPS. Mais cette hausse du budget a refroidi les administrateurs du RGS qui ont voté contre par deux fois, en octobre et en novembre.

Selon Jean-Christophe Bouissou, avec ce budget reconduit sans la majoration des indemnités de départ à la retraite, “il n’y aura pas de versement des indemnités de départ à la retraite, en tout cas pas selon la formule prévue par la direction de la CPS”.

En fait, ce devrait être possible, à condition que le conseil d’administration de la Caisse de prévoyance sociale adopte une correction du budget, poursuit le ministre : “Ce n’est pas au gouvernement d’arrêter une décision là-dessus. Le gouvernement veut bien (payer ces indemnités augmentées, ndlr). Faut-il encore que le conseil d’administration traite le sujet et que les administrateurs puissent s’entendre sur un budget 2018 avec les corrections apparentes dans le budget.”

La balle retourne donc dans le camp des administrateurs du régime des salariés. Ronald Terorotua, représentant O oe to oe rima au sein du bureau du conseil d’administration du RGS, l’assure : “C’est un accord (de fin de grève en 2015, ndlr) et on fera tout pour qu’il soit respecté. C’est possible de le faire et on le fera.”  Un conseil d’administration est annoncé pour demain à la CPS.

Le conseil des ministres a également validé les budgets des trois régimes sociaux de la CPS pour 2018. Le budget prévisionnel du Régime de solidarité de Polynésie française (RSPF) est équilibré à 27,139 milliards de francs. Le budget prévisionnel du Régime des non salariés (RNS) est établi à 4,263 milliards de francs de dépenses et 4,069 milliards de francs de recettes, soit 194 millions de francs de déficit. Enfin, le budget prévisionnel du Régime général des salariés (RGS) s’élève à 92,80 milliards de francs de dépenses et 90,23 milliards de francs de recettes.

Benoît Buquet

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete