Habillage fond de site

Bureau de tabac Le Kiosk : prison ferme et travail d’intérêt général pour les voleurs

mercredi 12 septembre 2018

L’un des prévenus a notamment dérobé plus de six millions de francs en espèces dans un coffre-fort. (© Désiré Teivao)

L’un des prévenus a notamment dérobé plus de six millions de francs en espèces dans un coffre-fort. (© Désiré Teivao)

Les faits remontent au 25 juin 2017, un dimanche après-midi. Pour s’occuper et passer le temps, J.P., 20 ans, et H.T., un mineur, décident de se rendre à Papeete “pour voler dans les voitures qui seraient mal fermées”, ont-ils précisé.

Ce jour-là, leur route croise celle de T.T., 20 ans, une connaissance de H.T.. “Je savais qu’ils étaient en train de faire un coup, et j’ai demandé si je pouvais les rejoindre”, a indiqué T.T. lors de sa déposition auprès des gendarmes.

Le trio écume alors toute la capitale, mais malheureusement sans succès pour eux. Jusqu’à ce que T.T. remarque que le rideau de fer du bureau de tabac Le Kiosk, situé en face de l’OPT sur le front de mer, n’est pas correctement abaissé et que la porte est elle aussi mal fermée. T.T. et J.P. s’introduisent alors à l’intérieur de la boutique pour voler le contenu de la caisse enregistreuse, des jeux de grattage, des cartouches de cigarettes, des pipettes ou encore des lunettes. Mais c’est J.P. qui décroche le gros lot, en trouvant un coffre-fort dans lequel se trouvent plus de six millions de francs en espèces. “J’ai vu qu’il y avait un carton, et j’ai caché le coffre-fort qui n’était pas scellé dedans”, a précisé J.P..

Leur butin en poche, le trio se dirige vers Vaininiore et le domicile de J.P. pour le partage. Un partage auquel T.T. n’est pas convié par ses deux acolytes qui se divisent l’ensemble du butin. Vexé, il retourne dans le bureau de tabac et entraîne avec lui T.R., 25 ans, pour de nouveau voler des paquets de cigarettes, du chocolat et des vêtements.

 

De l’argent donné aux SDF

 

Ce sont les caméras de vidéosurveillance du Kiosk qui permettront de les confondre. Le propriétaire de la boutique diffuse par ailleurs sur les réseaux sociaux leurs photos. Et T.T. sera notamment reconnu par sa mère qui lui demande alors de se rendre. J.P. sera, lui, interpellé à la suite d’un accident de la route, alors que T.R. ira se rendre de son plein gré.

Hier, à la barre, aucun des prévenus n’a nié les faits. Cependant, le président du tribunal s’est intéressé à comment les six millions de francs en espèces dérobés dans le coffre-fort ont été dépensés.

“J’ai donné de l’argent à des SDF parce que j’avais pitié. Je donnais 20 000 ou 50 000 F à certains”, a affirmé J.P.. “Je me suis acheté une moto à 300 000 F que j’ai jamais eue. Je me suis fait racketté aussi à hauteur de 250 000 F par un homme de Faa’a. Et puis j’ai dépensé le reste pour du shopping, du paka, de l’ice, de l’alcool et pour une chambre d’hôtel.”

Une chambre d’hôtel qui sera réservée par T.M. et qui comparaissait hier pour recel. “Nous avons hélas là un échantillon de la jeunesse polynésienne qui a du potentiel mais qui n’en fait rien”, a insisté la procureure. “Et à voir les sourires de certains au cours de l’audience, j’ai l’impression qu’ils sont fiers et qu’ils se sont beaucoup amusés. Mais il faut leur faire comprendre que le vol n’est pas un métier.” Puis de requérir d’un an de prison ferme à cinq mois de sursis à l’encontre des quatre prévenus.

Le tribunal, après en avoir délibéré, condamnera finalement J.P., qui comparaissait détenu à l’audience, à un an de prison ferme. T.T. et T.R. ont, de leur côté, écopé respectivement de six mois à un an de sursis et d’heures de travail d’intérêt général. T.M., le receleur, a été condamné, lui, à six mois de prison avec sursis.

 

DT

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete