Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Ça coince dans le paiement des prestations médicales pour les gens de mer

mardi 1 août 2017

aranui 5

Les marins de la marine marchande affiliés à l’Énim subissent des retards en ce qui concerne le remboursement de leurs frais médicaux. (© Christophe Cozette)

Selon les informations de La Dépêche de Tahiti, les prestations médicales des gens de la mer, retraités principalement, cotisant à un régime spécial qui leur est dédié, l’Établissement national des invalides de la marine (Énim), connaissent de longs retards de paiement, mettant parfois en difficulté les prestataires de santé.

Ce sont d’ailleurs ces derniers qui nous ont alertés, récemment.

L’Énim a pour mission de gérer le régime spécial de sécurité sociale des marins et des gens de mer du commerce, de la pêche (sauf pour la Polynésie française qui dispose de son propre statut du pêcheur depuis quelques années, cotisant directement à la Caisse de prévoyance sociale (CPS) dorénavant), des cultures marines et de la plaisance, en ce qui concerne les risques vieillesse, décès, accident du travail et maladies professionnelles, maladie, maternité et invalidité.

“Il assure également la taxation et le recouvrement des contributions et cotisations sociales”, selon le site Internet du comité national des pêches maritimes et des élevages marins  (CNPMEM).

Ce régime est perçu par la profession maritime, tant active que retraitée, comme inhérent au métier de marin.

Depuis 2008, l’Énim est ainsi devenu un organisme de sécurité sociale à part entière, sous tutelle des ministres chargés de la mer, de la sécurité sociale et du budget.

Plusieurs milliers de Polynésiens seraient adhérents à cette caisse spéciale, selon nos informations. En effet, cela concerne 500 marins de la marine marchande et leurs ayants droit, soit un total de 3 000 personnes.

Mais même si l’Énim dispose d’une antenne locale à Fare Ute, sous la tutelle directe de l’État, l’établissement hexagonal semble avoir quelques retards en ce qui concerne les remboursements des frais médicaux. En effet, les prestataires de santé polynésiens, qui sont enregistrés auprès de l’Énim en bonne et due forme, ne sont plus payés, en contrepartie de leur prestation auprès des adhérents de l’Énim.

“Déjà que la CPS nous rembourse avec un lance-pierres aux alentours de quatre mois, si l’Énim s’y met, on ne va même plus se lever le matin pour assurer des soins gratuits, faute de trésorerie”, s’est plaint un prestataire de soins médicaux, qui se fait un peu le porte-parole des professionnels de santé, puisque chacun d’entre eux est touché par cette absence de remboursement, gros établissements comme simples patentés.

Contacté par La Dépêche de Tahiti, l’Énim de Fare Ute décline toute responsabilité. Le chef de service, Charles-André Massa, assure qu’en Polynésie, “on instruit toujours les demandes de remboursement des particuliers ou des prestataires de santé, qui sont ensuite envoyées dans l’Hexagone”. Il confirme que ce dernier “connaît des difficultés pour payer mais on ne sait pas trop pourquoi”.

La communication entre l’Énim de l’Hexagone et son antenne locale “est bonne” et depuis longtemps, “tout se passe bien”.

Les remboursements, en temps normal, se font, en effet, sous une quinzaine de jours. “Mais maintenant, il va falloir qu’ils nous trouvent une solution, même si l’ensemble de la direction vient de changer récemment”, espère l’Énim local vers qui, naturellement, les particuliers ou les prestataires se tournent pour demander des nouvelles de leurs remboursements de santé.

L’Hexagone, au ralenti pour cause de grandes vacances, devra sans doute faire patienter ses cotisants marins polynésiens encore quelque temps…

 

C.C.

 

18
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete