Calédonie : Dialogue de sourds entre les camionneurs du nickel et le gouvernement

samedi 15 août 2015

Les rouleurs qui transportent du nickel en Nouvelle-Calédonie ont refusé de signer un protocole d’accord proposé par le gouvernement local, avec qui ils sont en conflit, a annoncé samedi le président de l’exécutif calédonien, Philippe Germain.

« Le protocole n’a pas été signé, car il ne prévoit pas les exportations vers la Chine », a expliqué M. Germain. « Les mineurs se sont mis en tête de passer outre les règles. On n’arrive pas à s’entendre », a-t-il ajouté.

Selon le protocole d’accord présenté aux représentants du syndicat des contracteurs miniers de Nouvelle-Calédonie ContraKmines, les « demandes d’exportations  à destination de la Chine sont renvoyées aux discussions sur la stratégie du pays ». Cette position avait été définie lors de la réunion du Groupe de travail des présidents et signataires de l’accord de Nouméa (GTPS), où siègent les présidents des provinces Nord, Sud et îles Loyauté, le président du gouvernement et celui du Congrès.

« L’activité est réduite et elle va se réduire partout. Les conditions économiques sont désastreuses », a déclaré à l’AFP Louis Ballande, le président de la Société des Mines de Tontout (SMT), selon qui « les façons de procéder du gouvernement ne sont pas acceptables ».

Le président de ContraKmines, Max Foucher, a de son côté annoncé « un durcissement du mouvement » à partir de lundi. « On essaye de nous diviser, mais nous ne lâcherons pas », a-t-il ajouté.

Les mineurs indépendants, soutenus par les rouleurs qui campent depuis maintenant 12 jours sous les fenêtres du gouvernement avec leurs camions de 30 tonnes, demandent l’ouverture d’un canal d’exportation vers la Chine de latérites à basse teneur, afin de compenser la baisse des volumes vers l’Australie et maintenir l’emploi sur les mines.
 
 Agence France-Presse

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete