Canalisation du CHPF : les fuites colmatées

    vendredi 22 janvier 2016

    Les fuites constatées récemment dans la baie du Taaone suite à la rupture du conduit d’évacuation des eaux usées du Centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF) ont été colmatées hier. Les travaux, qui ont débuté mercredi, devraient donc s’achever aujourd’hui en fin de journée.
    Effectuées par les plongeurs de la société de travaux sous-marins Pacific Ocean Scuba-services (POS) pour le compte de la Polynésienne des eaux (en charge de l’entretien de la station d’épuration et de l’évacuation des eaux traitées du CHPF), les opérations consistaient à “remboîter les parties endommagées de l’émissaire en assurant l’étanchéité”, selon Jean-Marie Savio, secrétaire général de l’hôpital.
    “La canalisation a repris son intégrité et recrache à son point initial, à 60 mètres de profondeur à l’extérieur de la passe, depuis jeudi à 13 heures”, assure désormais Josselyn Barret, gérant de POS.
    Aujourd’hui, des plongeurs seront renvoyés pour consolider les travaux et vérifier l’étanchéité des deux zones réparées, situées à une dizaine de mètres de profondeur et à respectivement 180 et 240 mètres de la chambre de refoulement installée au niveau de la plage. 
    En milieu de semaine prochaine, une visite complète sera à nouveau effectuée tout au long des 1 100 mètres immergés du conduit. “Mais il s’agit d’une réparation sommaire, reconnaît Josselyn Barret. La canalisation est toujours en dehors de sa trajectoire normale sur 40 à 50 mètres. Plus tard, peut-être en fonction de l’assurance, il faudra la tronçonner pour la remettre sur le bon itinéraire.”
    Si l’origine de l’incident reste non élucidée à ce jour, la déportation de la canalisation à plusieurs dizaines de mètres de ses plots laisse penser que l’ancre d’un imposant navire aurait pu la tracter. 
    Par ailleurs, il reste désormais à attendre la dilution complète des produits et des germes rejetés dans la baie depuis environ un mois. Car si une chute de pression avait été constatée dans la canalisation en acier dès le début du mois de décembre, il aura fallu attendre début janvier pour que deux plongées réalisées par POS confirment les fuites. 
    “Les liquides rejetés sont des eaux traitées par notre station d’épuration avec une qualité de sortie régulière et contrôlée”, précise aujourd’hui Jean-Marie Savio, en indiquant que le CHPF consomme environ 400 m3 d’eau par jour. “Honnêtement, l’eau est à peine turpide, ce n’est pas de l’eau brute, c’est de l’eau traitée soumise à des normes…”, assure également Josselyn Barret. 
    N’empêche que par mesure de précaution, la baignade et les activités nautiques ont été interdites pour une durée indéterminée dans la baie de Taaone. Et si le mot “pollution” n’est toujours pas prononcé, les résultats des prélèvements réalisés ces derniers jours par le centre d’hygiène et de salubrité publique (lire ci-dessous) au-dessus des points de fuite sont “mauvais”.  

    M.G.

    Pollution : les courants sortants épargnent la plage

    Le centre d’hygiène et de salubrité publique réalise des contrôles tous les mois dans la baie de Taaone. Mais le 13 janvier, en raison de la rupture du conduit d’évacuation des eaux usées du CHPF, le centre a fait quatre relevés supplémentaires. Le résultat, publié dès le 15 janvier, est sans appel au niveau de la fuite, à 180 mètres du rivage : le nombre de bactéries intestinales Escherichia coli dans 100 mL d’eau est de 6 119, alors que la valeur “impérative” au-delà de laquelle l’eau est considérée de mauvaise qualité, et donc impropre à la baignade, est fixée à 1 000.
    En revanche, à 60 mètres de la plage, ce nombre tombe en dessous de 15, attestant d’une “bonne” qualité des eaux de baignade. Idem en face du Royal Tahitien et de Aorai tini hau. Il semblerait donc que les courants sortants aient évacué au large les eaux polluées, épargnant ce côté-là de la plage.
    Quant aux embouchures de Hamuta et de la Fautaua, elles sont clairement impropres à la baignade, mais ce n’est pas nouveau. Les prélèvements habituels permettent malheureusement de le vérifier tous les mois…

    rori hua 2016-01-22 14:50:00
    Youpi !! on peut continuer de déféquer au CHPF en toute bonne conscience.
    pipa 2016-01-22 14:42:00
    Les fuites fécale sont colmaté.
    SIRE 2016-01-22 10:09:00
    Voud avez raison cette eau est infâme :

    “Honnêtement, l’eau est à peine turpide. Vous avez probablement voulu dire turbide
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete