Cannes : la Palme d’or à « Dheepan » de Jacques Audiard, les Français à l’honneur

dimanche 24 mai 2015

« Dheepan », film d’amour et de violence de Jacques Audiard, sur le parcours en France de réfugiés sri-lankais, a reçu dimanche la Palme d’or du 68e Festival de Cannes, qui a mis les Français à l’honneur, récompensant aussi les acteurs Vincent Lindon et Emmanuelle Bercot.
« Recevoir un prix de la part des frères Coen c’est quelque chose d’assez exceptionnel », a déclaré Jacques Audiard, 63 ans, très ému. « Je pense à mon père », le scénariste et dialoguiste Michel Audiard, a-t-il ajouté.
La dernière Palme d’or française avait été décernée en 2013 à « La Vie d’Adèle » d’Abdellatif Kechiche.
Jacques Audiard avait déjà été récompensé à plusieurs reprises à Cannes, par le Prix du scénario pour « Un Héros très discret » en 1996 et le Grand prix en 2009 pour « Un Prophète ». 
Autre récompense pour le cinéma français, l’acteur Vincent Lindon, 55 ans, a reçu le prix d’interprétation pour « La loi du marché » de Stéphane Brizé, film cinglant sur la brutalité du monde du travail, dans lequel il interprète un chômeur de longue durée qui se bat pour retrouver un emploi.
La voix brisée par l’émotion, l’acteur, qui a été ovationné par la salle, a chaleureusement remercié le réalisateur et dédié son prix « aux citoyens laissés pour compte », estimant que ce prix était « un acte politique ».
« C’est la première fois que je reçois un prix d’interprétation », a-t-il souligné. « C’est l’un des trois plus beaux jours de ma vie ». 
L’actrice Emmanuelle Bercot, 47 ans, a reçu de son côté le prix d’interprétation féminine pour « Mon roi » de Maïwenn, ex-aequo avec l’actrice américaine Rooney Mara dans « Carol » de l’Américain Todd Haynes, romance entre deux femmes dans les années 50 avec Cate Blanchett et Rooney Mara.
« Maïwenn, tu as cru en moi comme personne avant, tu m’as regardée comme personne avant », a dit Emmanuelle Bercot, en longue robe noire.
Ce prix récompense « l’audace, le sens aigu de la liberté » de Maïwenn, a encore déclaré l’actrice, qui interprète dans ce film une avocate qui se souvient de la passion destructrice qu’elle a vécue pendant dix ans avec Georgio (Vincent Cassel), un séducteur et beau parleur.
Rooney Mara, qui n’était pas présente à la cérémonie, campe dans « Carol » le personnage d’une toute jeune vendeuse qui va se laisser séduire par une femme bourgeoise à la beauté fatale (Cate Blanchett).

AFP

Le palmarès du 68ème Festival de Cannes

– Palme d’or : « Dheepan » du Français Jacques Audiard.
– Grand Prix : « Le Fils de Saul » du Hongrois Laszlo Nemes.
– Prix de la mise en scène : « The Assassin » du Taïwanais Hou Hsiao-Hsien.
– Prix du jury : « The Lobster » du Grec Yorgos Lanthimos.
– Prix du scénario : au Mexicain Michel Franco pour « Chronic ».
– Prix d’interprétation féminine ex aequo : la Française Emmanuelle Bercot dans « Mon Roi » (de la Française Maïwenn) et l’Américaine Rooney Mara dans « Carol » (de l’Américain Todd Haynes).
– Prix d’interprétation masculine : au Français Vincent Lindon dans « La Loi du Marché » (du Français Stéphane Brizé).
– Caméra d’or du premier film : « La Tierra y la sombra » du Colombien César Augusto Acevedo. 
– Palme d’or du court métrage : « Waves ’98 » du Libanais Ely Dagher.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete