Habillage fond de site

Carburants – Hausse des prix : ce qu’en disent les usagers

jeudi 2 août 2018

Malgré l’augmentation des prix hier, on reste encore très loin de ceux pratiqués au 1er juillet 2012 qui étaient de 182 F le litre pour l’essence sans plomb, et de 168 F le litre pour le gazole. (© Désiré Teivao)

Malgré l’augmentation des prix hier, on reste encore très loin de ceux pratiqués au 1er juillet 2012 qui étaient de 182 F le litre pour l’essence sans plomb, et de 168 F le litre pour le gazole. (© Désiré Teivao)


Depuis hier, le prix du litre d’essence sans plomb et du gazole sont passés respectivement à 133 F et 135 F, soit une augmentation de cinq francs. Après deux ans de stabilité, cette augmentation est notamment due à l’évolution à la hausse du cours du prix du pétrole constatée depuis plusieurs mois. “On a eu pas mal de monde entre lundi et mardi qui venait faire leur plein avant cette augmentation”, a confié un pompiste.

La nouvelle était connue depuis plusieurs jours déjà. Tout d’abord le 18 juillet, le conseil des ministres a fait part de son inquiétude quant au marché des hydrocarbures en raison des perturbations qui impactent négativement le niveau de l’offre mondiale de pétrole, indiquant que “si ces fluctuations devaient durer, le gouvernement de la Polynésie française serait contraint d’augmenter les prix des hydrocarbures pour le mois d’août”.

Et mercredi dernier, le conseil des ministres a acté officiellement une augmentation de cinq francs sur le litre d’essence sans plomb et du gazole, passant respectivement à 133 F pour le premier et à 135 F pour le second.

Des prix qui sont donc pratiqués à la pompe depuis hier dans toutes les stations-service du fenua. “Par anticipation, les gens sont venus très nombreux entre lundi et mardi faire leur plein” a confié un pompiste. “C’était le rush presque. Mais c’est pratiquement toujours le cas quand on annonce une augmentation du prix du carburant.”

 

Des prix stables depuis deux ans

 

L’essence sans plomb comme le gazole public, après avoir atteint leurs prix maximal de vente au détail le plus élevé le 1er juillet 2012 (soit 182 F le litre pour le premier et 168 F le litre pour le deuxième), ont connu pas moins de six baisses successives pour atteindre respectivement 128 F et 130 F à la pompe depuis le 1er février 2016.

Pour certains consommateurs, comme Kaunui, 25 ans, rencontré hier dans une station-service de la côte est, cette augmentation ne devrait pas avoir tellement d’impact sur son porte-monnaie. “Je crois que ça reste encore raisonnable. Ça aurait été une augmentation de 50 ou de 100 F d’un coup, là je pense que ça aurait fait plus mal. Mais je vais essayer aussi de mieux gérer ma consommation de carburant.”

Léo, 40 ans, de son côté, fait la navette régulièrement entre la Presqu’île et Papeete : “Je dépense pratiquement entre 40 000 et 50 000 F chaque mois en essence pour la voiture. Avec cinq francs en plus sur le litre, je n’ose pas faire le calcul”.

Maeva était, quant à elle, résignée par la situation : “Qu’est-ce-que l’on peut faire sinon ? Les transports en commun à Tahiti ne sont pas très efficaces et le seul moyen de se déplacer à Tahiti c’est en voiture ou en deux-roues. On verra comment ça évolue”. Affaire à suivre donc.

 

D.T.

 

Réactions

Yves, 62 ans : “À qui profite cette augmentation ?”

yves“Ça ne va pas changer grand-chose pour moi. Je dépense à peu près 15 000 F d’essence par mois pour ma petite voiture. C’est sûr qu’une augmentation des prix ça ne fait pas plaisir, surtout lorsqu’on n’arrive pas clairement à nous expliquer pourquoi. Ça fait un bon moment que les prix n’ont pas bougé et là tout d’un coup ça monte. On nous dit qu’il y a une augmentation du prix du baril, d’accord mais ce ne sont que des spéculations à la bourse. J’aimerais savoir à qui profite cette augmentation ?”

 

Maeva, 30 ans : “Transports en commun pas efficaces”

maeva“Je dépense à peu près 20 000 F d’essence par mois. Cinq francs en plus sur le litre, on va devoir faire avec, on n’y peut rien. Qu’est-ce-que l’on peut faire sinon ? Les transports en commun à Tahiti ne sont pas très efficaces et le seul moyen de se déplacer ici, c’est en voiture ou en deux- roues. On verra comment ça évolue.”

 

Guillaume, 25 ans : “Ça va faire un peu mal à mon portefeuille”

“Je fais le plein de mon scooter tous les trois jours. À cause de mon travail, je me déplace beaucoup et mon employeur ne prend pas toujours en charge mes frais de carburant. Cinq francs en plus pour l’essence, ça ne paraît pas énorme, mais ça va faire mal à mon portefeuille. J’espère que ça n’augmentera pas plus à l’avenir.”

 

Léo, 40 ans : “Moins venir à Papeete”

“Avec ma famille, on habite à la Presqu’île, mais on a besoin de se rendre très souvent en ville. Du coup, on dépense pratiquement entre 40 000 et 50 000 F chaque mois en essence pour la voiture. Avec cinq francs en plus sur le litre, je n’ose pas faire le calcul. On va sûrement moins venir à Papeete ou sinon faire des économies ailleurs. On verra.”

 

Tiare, 53 ans : “Ça devait être nécessaire”

tiare“J’ai entendu les derniers jours que le prix de l’essence allait augmenter. Ça monte, ça baisse. C’est comme ça et on n’y peut rien. Si le gouvernement en a décidé ainsi, c’est que ça devait être nécessaire. De mon côté, je fais régulièrement le trajet entre Paea et Papeete, je mets tous les jours 1 000 F pour l’essence. Maintenant il va falloir compter avec cinq francs en plus.”

 

À lire aussi :

Au 1er août, hausse des prix à la pompe de 5 francs

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete