Centrale d’achats – Kai Hotu Rau va bientôt ressortir de terre

    samedi 9 janvier 2016

    Après plusieurs années d’inactivité, la centrale d’achats Kai Hotu Rau devrait bientôt redémarrer.  La structure bénéficie d’une avance en compte-courant de la part du Pays afin de redémarrer du bon pied. Dans sa nouvelle version, Kai Hotu Rau entend apporter une assistance technique aux agriculteurs.

    Kai Hotu Rau ou la Belle au bois dormant de l’agriculture va bientôt se réveiller. Après six ans d’existence, dont la majeure partie en sommeil, la centrale d’achats devrait, ces prochains jours, parvenir enfin à démarrer son activité. La société anonyme, détenue à 49 % par le Pays et 51 % par des actionnaires pri-vés, a fait chou blanc jusqu’à
    présent.
    Selon l’ancien président du conseil d’administration, Arsène Liao, la première mouture du projet avait été mal ficelée et entravée par des guéguerres politiciennes. Targuée de “pompe à fric”, la société mettait la clé sous la porte en 2011, avant même d’avoir commencé à fonctionner, accusant au passage le ministre en poste à l’époque de protéger les intérêts de certains producteurs et agriculteurs, plus que d’autres.  
    Depuis, le Pays et de nouveaux actionnaires privés, essentiellement issus du monde agricole, ont revu leur copie afin de faire renaître la structure. Pour cela, en décembre dernier, le conseil des ministres, sur proposition du président de la Polynésie française, a approuvé l’attribution d’une avance en compte-courant au profit de la société. S’il ne s’agit aucunement d’une subvention, mais bien d’une avance de trésorerie de la part du Pays, ces fonds, qui devront être remboursés, vont permettre à la centrale d’achats de sortir de terre.
    Depuis deux mois, des travaux sont en cours pour réhabiliter l’entrepôt de Kai Hotu Rau, situé à Tipaerui. Délabrement de la toiture, des frigos en piteux état… la nouvelle équipe de la société a dû mettre la main à la pâte et à la poche pour sortir Kai Hotu Rau, nouvelle version. Willy Chung Sao, à la tête de la direction, veut croire en ce projet.
    “Tous ces travaux ont coûté environ 16 millions de francs. Avec les nouveaux actionnaires qui sont tous du monde agricole, nous croyons en Kai Hotu Rau. Il faut savoir qu’avant, les actionnaires n’avaient rien à voir avec le monde agricole. Là, nous représentons vraiment le secteur, nous sommes tous agriculteurs et représentons bien la profession et c’est ainsi que nous réussirons”, souligne avec fermeté le président du conseil d’administration. Et de préciser : “Cette avance en compte-courant du Pays va nous permettre de bien démarrer l’activité et d’apurer un passif de sept millions de francs. Outre cela, cette avance va nous permettre de financer nos futurs investissements.”

    Apporter de la qualité sur les étalages

    Ce qui va changer ? Willy Chung Sao affirme pouvoir notamment assurer la livraison des produits agricoles et soutenir les petits agriculteurs dans leurs projets. “Nous allons apporter une assistance technique aux agriculteurs, c’est-à-dire que nous pourrons par exemple louer aux agriculteurs des îles des tracteurs s’ils n’ont pas les moyens d’en acheter un. Nous pourrons également leur fournir les fertilisants, les engrais ou encore les semences”, explique le directeur de Kai Hotu Rau.
    Quant au collectage, tri, calibrage ou encore conditionnement des productions agricoles qui n’ont jamais été réalisés jusqu’à présent, là aussi, la centrale d’achats assure qu’elle remplira sa mission.  “Jusqu’à présent, on avait l’impression que Kai Hotu Rau était un intermédiaire. À l’époque, elle achetait les produits et les revendait et puis c’est tout. Aujourd’hui, nous allons acheter des machines pour le tri et le conditionnement. Et si à l’époque, il y avait des divergences entre agriculteurs, là, il n’y en a plus, nous nous sommes tous réunis au sein de Kai Hotu Rau”, affirme Willy Chung Sao.
    Pas question aujourd’hui de se faire de l’argent sur le dos des petits agriculteurs, mais bien de porter le secteur. “Aujourd’hui, il faut bien comprendre que nous ne sommes pas là pour tuer les agriculteurs, mais pour leur apporter une assistance technique nécessaire comme la commercialisation. Cela apportera de la qualité sur nos étalages. Nous voulons, par exemple, faire une planification des cultures et professionnaliser le secteur”, martèle la société.
    Et de conclure : “Nous n’avons pas mis de l’argent pour rien dans cette société. Ce n’est pas pour la voir couler.”
    Dès la fin du mois, la société va entamer un tour des greniers polynésiens et se rendra dans pratiquement toutes les îles pour recenser les besoins des agriculteurs.  

    Jenny Hunter

    Ses missions

    Kai Hotu Rau, société anonyme au capital de 200 millions de francs, a notamment pour objet :
    – L’achat et la vente des productions agricoles de la Polynésie française et de tous les produits du secteur primaire, dont les fruits, les légumes, la vanille, les fleurs, la viande, le poisson et plus généralement tous les produits alimentaires.
    – Le collectage, le tri, le calibrage et le conditionnement des productions agricoles et du secteur primaire ainsi que la promotion, le stockage, la commercialisation et la distribution desdits
    produits.
    – L’importation et l’exportation de produits du secteur primaire et tout ce qui s’y rapporte.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete