Habillage fond de site

Le Centre d’expérimentation du Pacifique a «fermé» il y a 20 ans

lundi 9 juillet 2018

Rebouchage d'un puit de tir terrestre lors du démantèlement de Moruroa en 1996. (Photo : ministère de la Défense)

Rebouchage d’un puit de tir terrestre lors du démantèlement de Moruroa en 1996. (Photo : ministère de la Défense)

Il y a 20 ans, le 8 juillet 1998, les sites du Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) de Moruroa et Fangataufa étaient déclarés officiellement «fermés» après les travaux de démantèlement, et l’ultime salve atomique décidée en 1995 par le président Jacques Chirac, après un moratoire décidé en 1992 par François Mitterrand. Une dernière campagne qui avait suscité une vague internationale d’indignation, la protestation sur zone de Greenpeace et provoqué de terribles émeutes à Papeete en septembre 1995, après l’incendie de l’aéroport de Faa’a. Était également prononcée en juillet 1998 la dissolution de la Direction des centres d’expérimentations nucléaires (Dircen), organisme mixte associant l’armée française au Commissariat à l’énergie atomique (CEA) créée en janvier 1964 afin d’assurer «la conception, la réalisation et l’exploitation du CEP». Afin de remettre les sites d’expérimentations «dans un état aussi proche que techniquement possible de leur état d’origine» selon un document du ministère de la Défense, des «opérations d’assainissement radiologique» ont été réalisées lors du démantèlement des installations ayant contenu des substances radioactives, «afin de les libérer des contraintes radiologiques dans le futur». Pour remplir l’objectif de désengagement des atolls pour la fin de l’année 1996, le CEP a d’abord rebouché les puits à terre puis les puits sous-marins dans le lagon. Même si le CEP est fermé depuis 20 ans, Moruroa et Fangataufa restent à ce jour une zone de compétence exclusivement militaire. Le responsable du suivi des Centres d’expérimentations nucléaires a récemment indiqué à La Dépêche que le retour des atolls dans le patrimoine polynésien n’était «pas souhaitable» en raison de la présence de plusieurs kilos de plutonium 239 dans les sédiments du lagon, un isotope dont la quantité ne se divise par deux que tous les 24 000 ans.

D.Grivois

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete