Habillage fond de site

Le CESC favorable à l’interdiction du téléphone portable à l’école

vendredi 4 janvier 2019

DR Lead CESC

Si le texte est adopté par l’assemblée de la Polynésie française, il fournira un cadre plus précis aux établissements scolaires polynésiens pour mettre en place et harmoniser leurs règlements intérieurs sur l’utilisation par les élèves d’appareils connectés. (photo DR)

 

C’était littéralement la rentrée des classes hier pour le CESC, qui examinait une proposition de loi du Pays émanant de l’opposition : l’interdiction de l’utilisation du téléphone portable ou tout autre appareil connecté personnel à l’école, au collège et au lycée, portée par Chantal Galenon. Inspirée par le texte en vigueur en métropole depuis la rentrée scolaire 2018, et par les violences récentes contre un enseignant de Taravao, la loi a pour objectif d' »éliminer les éléments qui perturbent les enseignements et qui sont facteurs d’indiscipline en classe (…) » Le texte donnerait notamment aux établissements scolaires une base juridique plus solide pour édicter leur règlement intérieur. En Polynésie, 10 % des moins de 11 ans, 56 % des 11-14 ans et 83 % des plus de 14 ans disposent d’un téléphone portable. 85 % des 15-24 ans ont un smartphone (chiffres de la DGEN de 2017).

La proposition de loi comporte un seul article : elle renvoie les modalités d’application au règlement intérieur de chaque établissement, prévoit des exceptions pour les élèves handicapés et la possibilité de confisquer l’appareil. Les associations de parents d’élèves, dans l’enseignement public comme privé, rappellent que “ce sont les parents les premiers responsables”, et se déclarent sont favorables au texte. Ce n’est pas la position du ministère local de l’Éducation et de la DGEE, qui préfèrent laisser à chaque établissement la gestion de l’utilisation des appareils électroniques, entre autres parce que la confiscation au-delà d’une journée peut être considérée comme une atteinte au droit de propriété. Ce n’est pas non plus la position de plusieurs chefs d’entreprise, attachés au principe de liberté ou au confort de savoir leur enfant joignable à tout moment.

 

Un appel à la sensibilisation des parents

 

Le CESC reconnaît l’urgence du problème, en termes de concentration et de discipline des élèves, comme de lutte contre le cyber-harcèlement ; mais, souligne l’avis rendu, “ce phénomène dépasse largement le cadre de l’école et une sensibilisation des parents est indispensable.” Le débat a montré des conseillers concernés, mais quand même un peu dépassés : en quoi un brouilleur wifi ou un routeur programmé pour bloquer l’accès aux réseaux sociaux (des suggestions entendues hier) vont-ils empêcher un enfant qui a un abonnement 4G de se connecter à Internet ? La quadrature du cercle, c’est de promouvoir l’économie numérique et ses usages, y compris dans le domaine de l’éducation, tout en préservant les enfants et les adolescents de ses effets nuisibles.

Au final, l’avis favorable, sous réserves des recommandations du CESC (lire encadré), a été adopté par 18 voix pour et 15 abstentions, sur les 48 membres du conseil.

 

C.P.

 

 

Les recommandations du CESC

– Légiférer en urgence sur le sujet

– Encadrer l’accès des plus jeunes aux réseaux sociaux

– Préciser dans la loi, les arrêtés, et dans la Charte de l’Éducation, les modalités de mise en œuvre du dispositif, notamment pour les lycées où le travail scolaire suppose fréquemment l’usage d’outils personnels

– Indiquer la conduite à tenir en cas de refus d’un élève de se dessaisir de l’équipement mis en cause, et les sanctions à prévoir dans ce cas

– Mettre en place une véritable campagne de sensibilisation et des prévention des risques d’addiction, notamment avec le Centre de consultations en alcoologie et toxicomanie qui a édité une plaquette « Mon enfant face aux écrans et aux outils numériques » qui n’a jamais été distribuée dans les établissements scolaires.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete