“C’est la crise” pour Fenua PSG

    jeudi 9 mars 2017

    fenua PSG

    Les supporteurs de Barcelone ont été à la fête hier au bar Le Corto, fief de l’association des supporteurs du Paris Saint-Germain. (© Benoît Buquet)

    Atmosphère tendue au bar Le Corto à Papeete, hier matin. Cinquante fans se rongent les ongles en silence devant Barça-PSG comptant pour les huitièmes de finale retour de la Ligue des champions. Le bruit du ventilateur qui tremble au fond de la salle couvre le son des deux écrans de télévision.

    Les Espagnols mènent au score et dominent copieusement la première mi-temps. Quelques maillots bleu et rouge du Paris Saint-Germain s’accrochent à leur verre sans broncher.

    Au milieu de la salle, on repère un client plus détendu. Il s’appelle Taaroa et il soutient Barcelone, malgré les quatre buts de retard au coup d’envoi. “On va déjà essayer d’égaliser et après on verra”, dit-il sans trop s’avancer. Son voisin Jonas supporte Paris avec tolérance : “Ce n’est pas grave, à la fin on se fait la bise.” On verra ça…

    À la mi-temps, les Catalans ont fait la moitié du chemin (2-0). Le président de l’association Fenua PSG, Philippe Le Naour, est inquiet : “C’est tendu. Rabiot est en dessous de tout. Trapp est une chèvre.” Le patron du bar, Heinui Waldref, pour Paris “à fond”, se dit “encore confiant, mais c’est là qu’on va voir si le coach a des “corones” (sic)”.

    Taaroa le Barcelonais, lui, est souriant : “On va finir le boulot en deuxième mi-temps.” Il ne croit pas si bien dire. Le Barça inscrit le troisième but dès la reprise. “C’est la crise”, dit un parisien au comptoir. “Je ne comprends pas le parti pris d’Emery de jouer aussi bas”, analyse un autre. Taaroa applaudit : “Là, j’ai envie d’y croire.” Mutisme général. On n’entend plus que les boules de billard qui s’entrechoquent au fond du troquet.

    À l’heure de jeu, le but d’Edinson Cavani (3-1) redonne un peu de souffle aux supporters du PSG. On entend quelque “Paris est magique” et des “Il est où le Barça ?”. Accoudé au zinc, Taura’a fait sonner sa corne de supporter. Une fois puis la range vite fait. Le silence et la tension s’installent à nouveau.

    À trois minutes de la fin, Paris est encore qualifié. Messi et Neymar peuvent-ils encore en mettre trois ? “Mais non !”, jure Philippe Le Naour.

    Mais c’est le Barça : coup franc magistral à la 88e, penalty à la 91e et à nouveau coup franc à la 95e. Le PSG est éliminé à la dernière seconde du match.

    Une dizaine de supporters blaugranas exultent : “Tu diras que les Parisiens ont bien parlé, mais que Barcelone était plus fort”, nous dit l’un d’eux. Avant même le coup de sifflet final, la salle s’est déjà vidée. Taaroa applaudit debout. Ses voisins ont déserté. Il n’aura pas droit à la bise.

     

     

    Benoît Buquet

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete