Habillage fond de site

La CGPME devient la CPME

lundi 16 octobre 2017

CPME CGPME

Teva Rohfritsch et Christophe Plée (au centre) entourés de deux des trois nouveaux vice-présidents de la toute nouvelle CPME. (© Christophe Cozette)


La Confédération générale des petites et moyennes entreprises  devient la CPME. La confédération syndicale patronale a présenté, vendredi, ses nouveaux statuts et sa nouvelle organisation. Le vice-président, Teva Rohfritsch, présent, a fait passer un certain nombre d’allégements fiscaux.

La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) change d’appellation et devient la Confédération des petites et moyennes entreprises de Polynésie française (CPME).

À l’instar de l’organisation nationale à laquelle l’antenne polynésienne est affiliée, l’organisation syndicale patronale, change de nom, de logo, de site Internet mais surtout d’organisation, pour se doter de trois vice-présidents sectoriels et d’un nouveau ex-président, en l’occurrence Christophe Plée, qui remplace Sébastien Bouzard, qui a donné sa démission, le 15 août.

Cette évolution a été présentée, hier, dans un hôtel côte ouest, lors d’une assemblée générale, à laquelle assistait le vice-président du Pays, Teva Rohfritsch.

La CPME revendique la première place du classement des douze organisations syndicales patronales du Pays, avec 741 adhérents et 8011 salariés.

Christophe Plée met en adéquation les chiffres de sa confédération avec les chiffres de l’emploi en Polynésie.

“Grosso modo, il y a 60 000 emplois salariés en Polynésie, 40 000 sont dans le secteur privé. Cela vous donne une idée du poids de ces petites entreprises”, explique Christophe Plée

Le vice-président, peu avant, complétait ces chiffres. 90 % des entreprises ont entre 0 et 1 salarié; Ces dernières représentent 2 % de l’emploi global et 7 % du chiffre d’affaires global, précise Teva Rohfritsch.

“Ce sont elles les plus nombreuses. C’est le tissu économique polynésien. C’est nous et c’est un peu partout comme cela. Ce sont les petites entreprises d’abord qui créent de l’emploi”, explique le nouveau président de la CPME.

En effet, Christophe Plée, qui “cherchait à revenir dans son entreprise”, avait laissé la place de président à Sébastien Bouzard, qui est resté dix mois à la tête de la confédération.

“Le rôle du président, par expérience, c’était l’équivalent d’un trois quarts-temps, en dehors de son entreprise”, plaide Christophe Plée, aujourd’hui épaulé par trois vice-présidents.

 

Côté PME, c’est l’éclaircie

 

Du côté des entreprises, il y a une éclaircie. “Ce sont les premières qui se sont pris la crise de plein fouet, en 2008. Nous sommes en train de remonter tout doucement, les petites entreprises reprennent du dynamisme, cela repart mais tout doucement”, annonce Christophe Plée.

Pour ce dernier, les secteurs porteurs sont les services, les nouvelles technologies et le service à la personne.

“Le service à la personne va être mis en place en Polynésie et nous n’en avions quasiment pas. C’est très important, on va s’occuper des handicaps et des personnes âgées, ce sont des secteurs porteurs” se félicite Christophe Plée.

Pour cela, Teva Rohfritsch précise que le “Pays est prêt à abandonner une partie de sa fiscalité dès lors que cet ‘abandon’ peut être réinjecté dans les entreprises”.

“Cela sera l’un des fils conducteurs de la prochaine conférence économique et nous le proposerons au débat”, les 23 et 24 octobre, ainsi que d’autres mesures non dévoilées, qui seront, si possible, présentées puis “injectées” dans le budget 2018.

Christophe Cozette

 

CPME• Site web de la CPMEPF : www.cpmepf.com

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete