Habillage fond de site

Championnats du monde de va’a – Les V6 sont en cours de construction

jeudi 30 mars 2017

pirogue V6

Le chantier pour la construction des 30 V6 a démarré à Papeari en janvier et a permis de créer six emplois. (© Charles Taataroa)


Philippe Bernadino, ancien champion de va’a, doit confectionner six V6 en vue du championnat du monde de la discipline en juin. Six jeunes de Papeari, anciens rameurs et sans emploi pour la plupart, travaillent à ses côtés. La société Fai va’a de Joe Bunton se charge quant à elle de la réalisation de 30 V1.

Le championnat du monde de va’a marathon se déroulera cette année du 27 au 30 juin sur le plan d’eau de la baie de Taaone, à Pirae. Les organisateurs ont commandé 60 va’a aux constructeurs locaux et c’est la société Fai va’a de Joe Bunton qui a décroché le marché suite à un appel d’offres.

Il s’agit de réaliser 30 V6 et 30 V1 répondant aux normes exigées par la fédération internationale de va’a, sous forme de construction sous vide en sandwich S glass epoxy, une fibre de verre renforcée. Rien à voir avec ce qu’on utilise actuellement pour les V1, nous dit-on. La livraison des 60 pirogues est prévue le 15 juin.

Pour remplir le contrat, la société Fai va’a s’est associée avec un autre constructeur, Philippe Bernadino, ancien champion de va’a, en particulier de V1. Il a pris les commandes de ce chantier de 30 V6 dont la confection a  démarré en janvier dans son atelier de Papeari.

 

Les V1 fabriqués à Titioro

 

Six jeunes, anciens rameurs pour la plupart, travaillent à ses côtés. Une aubaine pour eux, car la plupart n’ont pas d’emploi et tous ont ainsi la possibilité d’apprendre à fabriquer une pirogue.

Ils ont été formés à cela et Philippe Bernadino ne cache pas sa satisfaction d’avoir partagé son expérience avec eux. “C’est une aubaine pour ces jeunes. Au lieu de ne rien faire, ils sont là, à travailler, ce qui leur permettra de subvenir aux besoins de leur famille”, explique-t-il.

Philippe Bernadino sort deux modèles par semaine, chacun pesant entre 135 et 140 kilos. Le comité organisateur viendra sur place pour la pesée. Il utilise la technique du moulage qu’il maîtrise parfaitement.

La société Fai va’a apporte également son savoir-faire dans ce challenge en s’occupant essentiellement de la réalisation des V1. Ces modèles sont réalisés dans l’atelier à Titioro, à Papeete. Comme pour les V6, chaque pirogue est insubmersible. “Des tests ont été réalisés avec le comité organisateur avant de lancer la construction”, précise Philippe Bernadino.

Ces modèles, conçus essentiellement pour la vitesse, ont été baptisés R One. “C’est une reconnaissance envers mon frère Rodo, lui aussi champion de va’a. Dernièrement, on parlait encore de lui à travers sa fille qui a été championne du monde de va’a en Nouvelle-Zélande (Hinatea, NDLR). Rodo, c’est le numéro 1. C’est la raison pour laquelle j’ai baptisé ces modèles R One”, a conclu Philippe Bernadino.

C.T.

 

Retrouvez l’intégralité de notre article dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique avec :

• La réaction de Patrick Vero, ancien rameur de l’équipe de Teva et travailleur chez Philippe Bernadino : “Je travaille et je n’arrête pas d’apprendre”

• L’interview de Philippe Bernadino, constructeur de va’a : “Je suis certain qu’avec ce modèle R One, nos équipes vont battre le record du monde”

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete