Habillage fond de site

Chasse au gaspillage alimentaire dans les écoles de Teva i Uta

dimanche 27 janvier 2019

1 CT Gaspillage alimentaire1757

Deux élus, Namoeata Bernadino et Alfred Haapuea, assistent l’équipe de la cantine de l’école Mairipehe dans ce plan de lutte contre le gaspillage alimentaire. (Photo : Charles Taataroa)

 

Depuis le jeudi 17 janvier, la commune de Teva I Uta a lancé un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire dans ses écoles maternelles et primaires. Ce projet est mené dans une cantine pilote, celui de l’école primaire de Mairipehe de Mataiea. L’objectif poursuivi est de sensibiliser les enfants sur cette problématique, mais aussi de trouver des solutions pour la prochaine rentrée scolaire. Ce plan de lutte est mené en partenariat avec le Syndicat pour la promotions des commune de Polynésie Française (SPCPF), mais aussi le GREPFOC, un centre de formation continue situé à Pirae. C’est à la cuisine centrale de la commune que le projet prend sa source, car c’est là que les plats sont préparés trois fois par semaine, les lundis, mardis et jeudis par l’équipe de Gilles Pihaatae, le responsable, assisté d’un représentant du GREPFOC. Là, tous les aliments sont répertoriés et pesés au gramme près.

Ensuite, la deuxième phase se déroule à la cantine de l’école Mairipehe où tous les restes, entrée, plat principal et dessert sont également rassemblés puis pesé, avant d’être répertoriés sur une fiche. Les 360 élèves de l’école participent aussi à l’opération. Ainsi, après leur repas, ils vident eux-mêmes leurs assiettes dans des plats réservés à cet effet.

 

20 % de gaspillage

 

En termes de résultat, le taux de gaspillage tourne autour de 20 % mais varie également en fonction du menu. Un premier constat, les élèves ont des habitudes qui leur font mettre généralement de côté tout ce qui est bon pour la santé, salade, légumes. Leur préférence va vers les frites, les pâtes ou encore le riz.

De fait, l’idée n’est pas de suivre leurs tendances, mais de les inciter à avoir un objectif santé. Par déduction donc, l’équipe éducative et les parents devront trouver des solutions appropriées pour leur permettre de mieux s’alimenter, pourquoi pas mettre en place une éducation au goût.

Deux élus de la commune, Namoeata Bernadino, quatrième adjointe au maire en charge de l’éducation et de la restauration scolaire et Alfred Haapuea assistent l’équipe de la cantine de l’école Mairipehe dans ce plan de lutte contre le gaspillage alimentaire.

Dans leur réflexion, ils proposent même de faire participer les élèves à la préparation de leurs plats, surtout avec des légumes ou des produits locaux pour une meilleure prise de conscience d’un repas équilibré.

Ce plan de lutte va durer jusqu’en juin avec pour but de donner pour la prochaine rentrée scolaire les clefs d’un programme alimentaire efficace et sain. Si les conditions sont réunies, on peut légitiment penser que le processus sera généralisé dans l’ensemble des écoles maternelles et primaires de Teva I Uta. La commune a été choisie par le SPCF pour ce projet pilote, qui va certainement concerner très prochainement tous les établissements scolaires du pays. K

C.T.

 

 

Réactions

Namoeata Bernadino

Quatrième adjointe au maire en charge de l’éducation et de la restauration scolaire

On ne peut cependant pas continuer à leur proposer que des féculents”

Les enfants viennent et se servent les plats préparés. Tout ce qu’ils n’auront pas consommé sera pesé et fera partie de ce qu’on appelle le gaspillage. Deux élus de la commune viennent accompagner le service de la restauration scolaire de l’école Mairipehe dans le tri, la pesée et le classement sur une fiche préparée à cet effet. Dans le projet futur, les enseignants et les élèves seront associés. Les élèves vont eux-mêmes participer au tri des restes et vont également les peser. Ils verront par eux-mêmes la quantité gaspillée. Les résultats seront affichés. Cela permettra une prise de conscience sur le taux de gaspillage par repas. La commune mènera ensuite une réflexion sur la nature des repas. On ne peut cependant pas continuer à leur proposer que des féculents. Penser à leur santé passe par plus de légumes et de fruits.”

 

 

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete