Chikungunya : les archipels de plus en plus touchés

lundi 22 décembre 2014

 Le ministère de la Santé annonce un pic épidémique sur l’ensemble du territoire dès la fin du mois. C’est deux mois plus tôt qu’initialement prévu.  Le dernier bulletin de veille sanitaire, daté du 19 décembre, annonce 45 680 cas de chikungunya estimés depuis le début de l’épidémie. Une recrudescence de cas est annoncée dans les îles. La Nouvelle-Calédonie est également touchée avec 30 cas de chikungunya, dont trois autochtones.

Le pic de l’épidémie attendu en février prochain devrait, selon le ministère de la Santé, avoir lieu bien plus tôt. Selon Patrick Howell, il est désormais prévu pour fin décembre, début janvier.
Le bulletin de veille sanitaire (BVS) a annoncé vendredi dernier que le nombre de cas estimés de chikungunya était passé à 45 680 depuis le début de l’épidémie.  Un chiffre qui ne prend en compte que les personnes ayant consulté un médecin. Or, comme le stipule également le bulletin, le nombre de consultations sur Tahiti est en nette diminution.
Selon les autorités sanitaires, un grand nombre de personnes infectées ne consultent plus, d’autres développent des formes asymptomatiques, ce qui veut dire qu’elles n’ont aucun symptôme alors qu’elles sont infectées. Ces personnes, environ 10 % de la population, entretiennent sans le savoir la propagation du virus.
Le nombre total de personnes touchées par le chikungunya serait très largement supérieur, toutefois les autorités sanitaires ne peuvent le déterminer.
Ce phénomène de diminution des consultations n’est cependant observé que sur Tahiti. Dans les îles, l’augmentation est en nette progression.

Migration du virus dans les îles avec les vacanciers

Cette recrudescence dans les autres archipels s’expliquerait par la très forte migration d’élèves pensionnaires sur Tahiti vers les autres îles, pendant les vacances scolaires.
C’est pourquoi les épidémiologistes s’attendent à une forte augmentation du nombre de cas signalés, hors Tahiti, pour les semaines à venir.
Les autorités sanitaires ont également constaté qu’un grand nombre de personnes ayant contracté le chikungunya dans les premières communes touchées par l’épidémie revenaient consulter leur médecin pour de nouvelles douleurs. Ces consultations dites secondaires sont  en forte progression.
Selon les autorités sanitaires, il s’agirait non pas d’une rechute, comme beaucoup se l’imaginent, ou d’un nouvel épisode du virus, mais d’une phase chronique de l’évolution du chikungunya, provoquée très certainement par un dérèglement du système immunitaire de la personne. Celles-ci se plaignent alors de nouvelles douleurs articulaires ou d’irruption cutanée subite. Un phénomène encore inexpliqué par les autorités de santé.
Le nombre officiel de personnes décédées après avoir contracté le virus du chikungunya est toujours de neuf. Il s’agit de six hommes et deux femmes de plus de 70 ans, ainsi qu’un nouveau-né de huit jours. Un décès supplémentaire serait survenu ce week-end, il s’agirait également d’une personne âgée.
Pour certains médecins, le nombre de décès liés au chikungunya serait supérieur à celui annoncé par le BVS. En effet selon eux, des personnes déjà fragilisées par une santé précaire, et testées positives au chikungunya sont aussi décédées après avoir décompensées.
Par ailleurs, malgré un dispositif  de sécurité renforcé, comme la mise en place de caméras thermiques, installé à l’aéroport de Nouméa, le Caillou comptabilise déjà une trentaine de cas de chikungunya, dont trois autochtones.
Affolées par l’épidémie connue en Polynésie, les autorités de Nouvelle Calédonie avaient fait installer il y a quelques semaines un dispositif permettant d’identifier les voyageurs ayant une fièvre supérieure à 38°C. Une entreprise vaine au vu des premiers cas confirmés biologiquement sur leur territoire.

Jennifer Rofes

 

Kaina54 2014-12-23 13:23:00
Il faut appeler les médecins Cubain......Très efficace selon OT.....
Aucun mort et éradication en moins de 6mois du chikungunya a Cuba....
Chose que OT a oublier de préciser....ils ont le Cigare et nous le Paka ....pas le même efficacite...mdr.
patriote 2014-12-22 20:06:00
Ca sent une augmentationdu nombre de cas de chikungunya (CM CM CM) juste apres les fetes de fin d'annee. Faute aux moustiques ou autres facteurs???
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete