Habillage fond de site

Chine – Les gares ultrabondées pour le nouvel an

jeudi 26 janvier 2017

Des personnes attendent à la gare Hongqiao de Shanghai pour prendre le train et rejoindre  leur famille pour la Fête du printemps. (Photo : Citizenside / Lukas Messmer / AFP)

Des personnes attendent à la gare Hongqiao de Shanghai pour prendre le train et rejoindre leur famille pour la Fête du printemps. (Photo : Citizenside / Lukas Messmer / AFP)

 

Devant la gare de Pékin, par -5 degrés, des milliers de Chinois emmitouflés dans leurs doudounes traînent valises et cabas : ils s’apprêtent à rejoindre leurs familles pour fêter l’année du Coq, qui débute samedi.

Cette période de vacances, nommée la Fête du Printemps, est la plus importante de l’année en Chine : elle est synonyme de réunion familiale, de repas fastueux et d’un tumulte assourdissant de feux d’artifices et de pétards.

Les autorités prévoient que près de trois milliards de trajets seront effectués en l’espace de 40 jours, selon l’agence officielle Chine nouvelle. C’est – de loin – la plus grande migration humaine du monde.

En raison des places limitées, les Chinois ont les pires difficultés à acheter un ticket de train. Qi Xi, 23 ans, fait partie des chanceux. À l’aide d’une application mobile d’achat de billets, il a réussi à obtenir le précieux sésame. Seule contrariété : plus aucun TGV n’étant disponible, il devra se contenter d’un inconfortable tortillard qui mettra une journée à parcourir le millier de kilomètres vers sa province du Heilongjiang (nord-est).

 

« Une petite amie ? »

 

Mais cela aurait pu être pire : “Mon collègue de travail, lui, n’a toujours pas de ticket. Et ne pourra peut-être pas rentrer”, déclare le jeune homme en enchaînant les cigarettes sur le parvis de la gare. Selon les statistiques officielles, pas moins de 282 millions de Chinois des campagnes travaillent en zone urbaine. De nombreux cols blancs s’exilent également dans les grandes villes d’autres régions pour des motifs professionnels.

Pour beaucoup, le nouvel an lunaire est le seul moment de l’année où ils pourront retrouver leur famille, et bien souvent leur enfant unique resté à la garde de ses grands-parents. Selon des chiffres officiels, 61 millions d’enfants sont “délaissés” par leurs parents partis travailler en ville.

Liang Chen, 22 ans, s’apprête lui à passer 14 jours dans sa famille dans la province du Shandong (est). Il le sait déjà : ses parents, tradition oblige, lui demanderont immanquablement s’il a une petite amie. “Ils me posent la question tous les ans”, souffle-t-il.

La pression sur les jeunes Chinois est souvent forte pour se marier le plus tôt possible, de préférence avant l’âge de 27-28 ans. Et la perspective d’être questionné par la famille durant les fêtes est souvent vécue avec anxiété.

Au point que certains célibataires rechercheraient les termes “petite amie à louer” sur Internet, dans l’espoir de donner le change à leurs parents, selon le moteur de recherche chinois 360.

Sans accès à Internet ni smartphone, Wang Wentai, 65 ans, a demandé à un collègue de l’aider à acheter un billet pour la ville de Handan, à quelque 400 kilomètres au sud de la capitale. À Pékin, Wang Wentai fait la plonge dans un restaurant coréen pour compléter les revenus de son fils ouvrier d’usine. Impatient de rentrer, il est arrivé à la gare deux heures à l’avance… mais a manqué son train à cause de la foule. “J’ai perdu beaucoup de temps, car je ne savais pas dans quelle file d’attente aller. Il y a tellement de monde”, se désole-t-il.

 

AFP

 

 

1
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete