Habillage fond de site

Le chirurgien bagarreur placé en hôpital psychiatrique

vendredi 16 décembre 2016

jean-prince psychiatrie

Une nouvelle fois appréhendé, mercredi, en bas de son cabinet, le chirurgien plasticien était toujours dans l’incapacité d’être maintenu en garde à vue et a finalement été placé dans le service Tokani de l’hôpital psychiatrique Jean-Prince. (© Yan Roy)

 

Une violente bagarre a éclaté au bloc opératoire de la clinique Cardella entre un anesthésiste et un chirurgien, il y a un mois et demi.

Un fait divers dévoilé par nos confrères de TNTV, le 27 octobre. En pleine opération, le chirurgien pourrait avoir voulu prendre des médicaments et l’anesthésiste s’y serait opposé, donnant lieu à une altercation musclée.

Le chirurgien plasticien mis en cause dans cet incident avait été placé en garde à vue mais, pour des raisons de santé, celle-ci n’avait pu être menée à son terme.
Lundi, dans le cadre de son enquête, la direction de la sécurité publique (DSP) a à nouveau interpellé le praticien en bas de son cabinet pour qu’il soit entendu sur les circonstances de la bagarre.

Mais il a dû être relâché, encore pour des raisons médicales. Les policiers ont également pratiqué une recherche de stupéfiants sur ses différents lieux d’exercice, mais aucun produit illicite n’a été trouvé.

Une nouvelle fois appréhendé, mercredi, en bas de son cabinet, il était toujours dans l’incapacité d’être maintenu en garde à vue. Après avoir été examiné par plusieurs médecins, l’homme de 37 ans a finalement été placé dans le service Tokani de l’hôpital psychiatrique de Jean-Prince,  à Pirae.

De son côté, le Conseil de l’ordre des médecins de Polynésie française a porté plainte auprès de la chambre disciplinaire de première instance contre les deux praticiens mis en cause dans l’incident de Cardella.

Les sanctions encourues pourront aller de l’avertissement à la radiation de l’ordre des médecins, selon la gravité des faits.  Il faudra attendre l’expertise des médecins du département de psychiatrie pour connaître l’état de santé véritable du chirurgien plasticien.

Dès que celle-ci sera rendue, le Conseil de l’ordre des médecins décidera ou non d’entamer des poursuites contre lui.

Bien entendu, si l’expertise révèle l’incapacité du médecin à continuer d’opérer, le conseil entamera une procédure interne pour l’empêcher d’exercer. 

 

É.P.

 

 

4
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete