Christophe Plée : « On ne peut pas se satisfaire des chiffres de 2015”

    jeudi 7 janvier 2016

    Christophe Plée, le président de la confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) Polynésie française, a publié hier, au nom des chefs d’entreprise, des vœux au vitriol pour 2016. Évoquant son “plus grand dépit”,
    l’organisation patronale regrette que “les années se suivent et se ressemblent”. “Il faut de l’action”, exhorte Christophe Plée.

    Vous semblez bien amer, en ce début d’année…
    Non, pas du tout. Réaliste.

    Dans ses vœux, la CGPME critique l’immobilisme du gouvernement…
    On a un objectif qui est clair : relancer l’économie et développer de l’emploi pour les jeunes Polynésiens. Je crois qu’on n’a pas pris la mesure de ce qui est en train de se jouer : l’arrivée de 2 000 jeunes par an sur le marché de l’emploi. Aujourd’hui, on ne peut pas se satisfaire des chiffres de 2015. Les investissements des entreprises sont très, très timides, le tourisme a du mal à redémarrer, la consommation des ménages a baissé, la création d’emploi est quasi nulle… On a créé 13 emplois en un an ! De juin 2014 à juin 2015 (en cumul sur la moyenne des douze derniers mois, NDLR), on est passé de 60 455 à 60 468 emplois salariés déclarés. On ne peut pas s’en satisfaire.

    De nombreuses réformes ont pourtant été annoncées…
    Si on peut se féliciter de toutes les annonces du gouvernement, on ne peut pas se féliciter du résultat. Je ne vois pas de grosse réforme, on est englué. Sur la protection sociale généralisée (lire ci-dessous), on nous annonçait que la caisse des retraites serait en faillite en 2015, puis en 2016, et maintenant elle sera en faillite en 2017 : on recule à chaque fois. On devait avoir une grande réforme fiscale pour les entreprises, elle a été repoussée. On avait demandé plus de flexibilité sur le renouvellement des CDD (lire ci-contre), force est de constater qu’on n’a pas avancé. Est-ce qu’il y a des chantiers qui avancent ?

    Les entreprises en souffrent-elles ?
    Nombre d’adhérents de la CGPME commencent à gronder, et je les comprends. Dans le centre-ville de Papeete, les commerces et les dancings sont en berne, les restaurants ferment ou sont à vendre… Ces gens quittent le territoire ou font autre chose. Donc ils abandonnent leur entreprise, ils licencient des salariés. Refaire le front de mer, c’est bien, aider les entreprises qui sont derrière, c’est mieux.

    Qu’attendez-vous pour 2016 ?
    Que les ministres sortent de leurs ministères et aillent voir les chefs d’entreprise sur le terrain, regardent les problématiques des gens : les permis de construire, les coûts bancaires, les coûts salariaux… Puis qu’ils prennent les mesures.
    Aujourd’hui, je ne connais pas le cap du gouvernement, je ne sais pas vers où on va. J’aimerais connaître les feuilles de route des ministres. Pour réduire le diabète par exemple, dont les coûts sont exponentiels. Ou pour le transport, parce que les commerçants ne voient personne en ville le samedi et le dimanche. Quelle est la méthode ? Le président nous a annoncé la création de milliers d’emplois. Je veux savoir comment il va les faire.

    Justement, comment faire ?
    On demande à l’entreprise de sauver les comptes sociaux, de payer toujours plus de charges et de maintenir les emplois… Mais aujourd’hui, ce qu’il faut, c’est relancer l’activité. Pour ça, il faut que le gouvernement soit initiateur de projets d’infrastructures, de projets de développement économique qui, à terme, vont créer de l’emploi. Ça veut dire être sur le terrain, trouver le foncier disponible, aider les projets à se monter et à se développer. Qu’est-ce qu’on fait, par exemple, sur le foncier qui attend sur l’ancien Club Med à Moorea ?

    Vous ne croyez plus aux grands projets, comme le Mahana Beach ?
    Je préfère voir plein de petits projets dans les îles, de petits chantiers à un milliard, plutôt qu’un gros à 250 milliards. Mahana Beach, c’est un démarrage en 2017, voire 2018. Que fait-on entre 2016 et 2018 ? On sait que ce pays redémarrera par le tourisme. Quelle est la stratégie pour faire venir plus de touristes ?

    Les chefs d’entreprise seront intransigeants en 2016 ?
    Je pense que ce gouvernement a passé beaucoup de temps à essayer d’avoir une majorité, ce qui a perturbé son fonctionnement pour travailler sur les vrais dossiers. La CGPME a été la première à dire qu’il fallait laisser à ce gouvernement le temps de se mettre en place.
    Mais aujourd’hui, il a sa majorité. J’ai envie de dire : passez la 2e ! On a été indulgent sur 2015, mais ça ne veut pas dire qu’on donne un satisfecit au gouvernement Fritch. Il faut de
    l’action. En 2016, je pense qu’il est temps que le gouvernement nous dise ce qu’il compte faire, et comment, d’ici aux prochaines élections. Sinon, on va au-devant de vrais problèmes sociaux et économiques. J’ai soutenu ce gouvernement et je vais le soutenir encore, mais il faut qu’il se bouge. 

    Propos recueillis par Marie Guitton

    Réformer la PSG sans augmenter le coût du travail

    La réforme de la protection sociale généralisée (PSG) est l’un des grands chantiers annoncés par le gouvernement. “Pour l’instant, elle se résume à un plan de sauvetage des retraites. Mais quelle est l’architecture du reste, de la maladie ?”, s’interroge Christophe Plée, le président de la CGPME Polynésie française.
    Selon lui, “il y a tout à revoir” et les syndicats de salariés et les organisations patronales “doivent trouver un consensus”. Mais “à un moment donné, il faut y aller !, prévient-il. On a l’impression qu’on attend toujours d’être à 50 cm du mur pour faire les choses…”
    L’ensemble des partenaires sociaux seraient d’accord sur deux points : réformer “à enveloppe constante pour l’entreprise”, c’est-à-dire sans augmentation de charges, sans augmentation du coût du travail en Polynésie française. “Ça veut dire qu’il faut accélérer les réformes et, notamment, aller au plus vite vers le régime unique”, précise Christophe Plée. Et “fiscaliser la maladie”. “C’est un puits sans fond qui pèse sur les salariés et l’entreprise, et donc sur le coût du travail, estime-t-il. Il faut trouver une assiette élargie à l’ensemble des revenus : du travail, fonciers, locatifs, etc. Si on fait ça, on redonne des marges de flexibilité à l’entreprise.”

    CDD : “On avait demandé plus de flexibilité”

    La confédération générale des petites et moyennes entreprises de Polynésie française (CGPME) appelle le gouvernement à réformer le Code du travail en 2016. “On avait demandé plus de flexibilité sur le renouvellement des contrats à durée déterminée, force est de constater qu’on n’a pas avancé”, regrette Christophe Plée, son président. Les patrons avaient même envisagé l’idée de créer un nouveau contrat de travail. “Il faut se mettre autour de la table sans tabou avec les syndicats de salariés pour alléger le code du travail, exhorte-t-il. Quelles sont les propositions des uns et des autres pour améliorer la vie de l’entreprise, conserver les emplois ? Si une telle réunion avait lieu, j’y participerais.”
    Le Pays a la compétence en la matière. “Je ne vois pas pourquoi on resterait dans un système métropolitain qui montre ses défaillances tous les jours, sachant que dans notre zone, on est les seuls, avec la Nouvelle-Calédonie, à avoir un code du travail”, souligne Christophe Plée. Alléger, rappelle-t-il, ne veut pas dire supprimer. “J’augmente mes salaires de 1 % tous les ans, que ça aille bien ou que ça aille mal. Est-ce que c’est logique ?”

    Astrid 2016-01-08 06:10:00
    Les commerçants ne voient personne le dimanche? Ben moi, je n'en vois aucun non plus car tout est fermé!
    Tihare 2016-01-07 13:32:00
    ça suffit c chef d'entreprise ils ne seront content que lorsque le gouvernement leur donne exonération des taxes rabaissement des charges CPS médicales et autre pour se remplir plein les poches car leur tarifs eux ne baisseront pas. Preuve des magasins tout baisse électricité gas oil etc.... mais leurs prix augmentent.
    ALORS SA SUFFIT. Vous avez décider d'investir alors investissez et non pas au Gouvernement pour faire en sorte de vous remplir les poches
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete