Habillage fond de site

Cinq cents jeunes se sont mesurés dans un heiva tu’aro ma’ohi

lundi 23 octobre 2017

Épreuve du lancer de javelot. La cible est un coco accroché sur un morceau de fer.

Épreuve du lancer de javelot. La cible est un coco accroché sur un morceau de fer.

Les jardins de la mairie de Papeete ont été le théâtre samedi dernier d’une compétition de heiva tu’aro ma’ohi, œuvre de la fédération jeunesse Papeete Nui que préside Alexis Anania.

“On a pu mobiliser jusqu’à 500 jeunes et moins jeunes venant des quartiers prioritaires comme Titioro, La Mission, Sainte-Amélie, Tipaerui et Mamao. C’est notre deuxième édition après celle qui a connu un vif succès l’an dernier. Contrairement à 2016, où nous avons remis des trophées, cette fois-ci à la demande des quartiers, nous avons remis à chaque participant des cartons de poulet et des sacs de riz. Seuls les grands vainqueurs en Aito vahine et Aito tane ont obtenu des trophées. Ils sont déclarés vainqueurs après un classement général de toutes les épreuves avec cumul des points”, relate Alexis Anania.

L’événement si populaire auprès de la jeunesse de Papeete a pu se tenir grâce à un travail de partenariat avec la ville de Papeete. Les épreuves étaient sous la responsabilité de la fédération des sports et des jeux traditionnels.

Au programme pour les 500 jeunes, des épreuves comme le décorticage de cocos – chaque équipe de quatre personnes se relayait et devait être la plus rapide possible –, le lancer de javelot ou encore le lever de pierre. La charge était de 30 kilogrammes pour les filles contre 65 kilogrammes pour les garçons.

L’une des épreuves a déclenché un fou rire chez les participants, il s’est agi de la course de ou’a pute (saute-mouton). Deux courses en relais ont été mises en place, une pour les garçons et l’autre pour les filles. Le fou rire a été engendré par les nombreuses chutes des participantes.

Le grimper de cocotier et la course de porteurs de fruits avec une charge de 10 kilogrammes pour les filles et de 15 kilogrammes pour les garçons sont venus clore cette journée sportive. Cerise sur le gâteau, un concours d’orchestre kaina a eu lieu sur le perron de la mairie. Chaque groupe devait être composé de cinq musiciens.

“L’objectif est de promouvoir notre culture et que les jeunes de Papeete retrouvent le goût du sport traditionnel car ils sont souvent sur le sport moderne avec le futsal et le volley-ball. Il n’y a pas que le sport moderne dans la vie. C’est une réussite pour notre culture. Le sport traditionnel ne se déroule qu’au mois de juillet et souvent au musée de Tahiti et ses îles à Punaauia, parfois dans les jardins de Paofai, mais hélas pas dans les quartiers de Papeete”, conclut Alexis Anania.

Les jeunes, qui ont remporté le premier prix lors du heiva interquartiers en avril dans la salle omnisports Maco Nena à Tipaerui, ont présenté leur danse traditionnelle. Il s’agit du groupe Hura Nui de La Mission.

 

De notre correspondant J.H.

 

61
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete